CENCO/Arrangement particulier : Rendez-vous mercredi entre la Majorité et le Rassemblement pour la guerre des tranchées

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Bruxelles, 10/01 - Les délégués de la Majorité présidentielle et du Rassemblement devraient se retrouver le mercredi 11 janvier au Centre Interdiocésain, en vue du démarrage des travaux de mise en commun de leurs propositions sur l’« Arrangement particulier » devant servir de feuille de route, de boussole pour l'exécution de l’Accord global et inclusif signé par eux le 31 décembre 2017.

Selon des sources généralement bien informées à Kinshasa,  chaque camp a jusque-là, gardé sa mouture secrète, malgré quelques indiscrétions, notamment du côté du Rassemblement en ce qui concerne la taille du gouvernement et les ambitions de l'opposition. A savoir, un gouvernement fort de 45 membres..

Mais, il était prévu que ce mardi 10 janvier au plus tard, les propositions des uns et des autres pour une gestion consensuelle de la transition, soient déposées sur la table des évêques catholiques, qui assurent la modération dans ce pourparler. Aussi, au moment de coucher ces lignes, les suggestions des uns et des autres ne devraient plus constituer un secret.

Les sujets abordés par chacune des deux parties ont trait au format du gouvernement et à l'identification des des portefeuilles ministériels convoités, au chronogramme précis des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, à la liste des personnes à gracier ou à libérer dans le cadre des mesures de décrispation politique, aux opérations de révision du fichier électoral, à la sécurisation des élections.

Quant au débat proprement dit, les sujets relatifs à la désignation du Premier ministre devrait également déchirer les délégués. Plusieurs publications ont en effet dessiné le portrait robot du chef de l'Exécutif, à savoir : patriotisme, crédibilité, compétence et charisme ; connaissance profonde des dossiers de la République  ; expertise de gestion des affaires publiques ; intégrité et probité morale sans faille. L'UDPS est donc contrainte de tenir compte de ce format pour ne pas paraître ridicule devant ses pairs et éviter de devoir supporter les quolibets du camp d'en face, prêt à pourfendre la moindre idée farfelue.

Mais également, si les fuites au sujet des portefeuilles revendiqués par le Rassemblement se précisaient, à savoir en sus du Premier ministre à présenter par l’UDPS, les ministères de l’Intérieur, de la Justice, des Finances, de l’Economie, du Plan, des Transports et des Mines, il faudrait s’attendre à une véritable guerre des tranchées avec la Majorité présidentielle, singulièrement en ce qui concerne l’Intérieur, la Justice et les Finances, qu’elle considère comme sa chasse gardée.
 

Commenter cet article