Visite chahutée du colonel Kadhafi en France

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

Visite chahutée du colonel Kadhafi en France
 
Le président libyen, le colonel Mouhamar Kadhafi, est arrivé le lundi après-midi à Paris, en provenance de Lisbonne au Portugal, pour entamer une visite officielle de cinq jour, jusqu’au 15 décembre, à l’invitation de son homologue français Nicolas Sarkozy. 
Les deux personnalités ont procédé, dans les moments qui ont suivi, à la signature d’une série de contrats d’un montant total de plus de 10 milliards d’euros en faveur des entreprises françaises, notamment dans les domaines de l'énergie, du nucléaire, mais aussi de l'agriculture et de la santé
visite-20Kadhafi-20-2815-29-1--copie-1.jpgUne forte délégation de membres de la Diaspora africaine d'Europe, venus principalement de Belgique et de France, ont effectué le déplacement pour saluer le guide libyen et l’encourager dans son initiative visant la création des Etats-Unis d’Afrique. Mais ces Africains ont simplement été rembroués à leur descente des autocars par la police française, dont les éléments étaient omniprésents tout autour des Champs-Elysées.
Cette situation faisait suite à l'arrivée de protestataires anti-Kadhafi également présents autour de cette place faisant face à l'hôtel Marigny où est descendu le président libyen. La sécurité a simplement estimé bon de n’autoriser aucun attroupement ni manifestation, soient-elle pro-libyenne.
En effet, des voix provenant aussi bien de l’opposition française que du propre camp du Président Sarkozy avaient dénoncé la venue du colonel Kadhafi, la première en France depuis Pompidou en 1973, de surcroît à la date dédiée à la célébration de la journée des Droits de l’Homme. Le Président libyen est accusé de concentrer les pouvoirs entre ses mains et de traquer les opposants à son régime, étouffant toute liberté d'expression.
danse.jpgAinsi, malgré les efforts de rapprochement effectués par Tripoli, notamment en décidant de mettre fin à la production d’armes de destruction massive, d’indemniser les familles des victimes du crash du vol d’UTA dans lequel la responsabilité de la Libye était épinglée et de libérer les infirmiers bulgares, la réputation de « leader d’Etat terroriste » semble irrémédiablement s’être incrustée dans la peau de Kadhafi.
La délégation venue de Belgique a tout de même réussi à entonner des chansons à la gloire de Mouhamar Kadhafi et à esquisser des pas de danse, sans susciter l''intervention de la police, qui a laissé faire pendant quelques minutes avant d'escorter les autocars jusqu'à la sortie de la ville. 
Des membres de la Diaspora africaine d’Europe avaient été recrutés en nombre à Bruxelles comme à Paris pour venir applaudir l’initiateur de la Jamahiriya libyenne et de la création des Etats-Unis d’Afrique, moyennant 200 euros chacun, qu'ils ont d'ailleurs arrachés après de tractations épiques sur place à Paris. Ceux venus de Bruxelles ont dû regagner leurs résidences le même jour, toutes les rencontres initialement prévues, notamment un entretien du leader libyen avec la presse et une entrevue avec la Diaspora africaine d'Europe, ayant été simplement décommandées.
 
Cornelis Nlandu

Commenter cet article