Kinshasa tremble-t-il devant l’avancée annoncée de Nkundabatware ?

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

  LOGO-CONTINENT.jpg
 
 
 
 
Qutotidien du jeudi 13 décembre 2007
 
 
RDC – INFOS NATIONALES
 
Kinshasa tremble-t-il devant l’avancée de Nkundabatware ?
 
Kinshasa - Le Président Joseph Kabila a présidé, mercredi à la cité de l’Union africaine à Kinshasa, une réunion extraordinaire du Conseil des ministres qui n’a traité que d’un seul point à son ordre du jour, à savoir: la situation sécuritaire du pays, qui dénote une certaine nervosité dans la capitale congolaise avec l’avancée des troupes du général dissident Nkundabatware.
fr-joseph-kabilaetmilitaire390-copie-1.jpgPour le gouvernement, en dépit de la reprise éphémère de quelques localités par les insurgés, la situation reste largement sous le contrôle des troupes gouvernementales qui jouissent d’un avantage réel sur le terrain des opérations. Les mots sont bien pesés. Il s’agit d’un simple avantage, qui masque la peur.
Le gouvernement invite ainsi la population, selon le porte-parole du gouvernement, à « ne pas se fier aux analyses partisanes qui amplifient délibérément certains faits dans le but de démoraliser nos populations, ni à céder à la manipulation de ceux qui n’ont reçu aucun mandat du peuple et qui n’hésitent pas à instrumentaliser ce même peuple afin d’assouvir leurs sombres ambitions ».
Le gouvernement s’emploie à l’organisation prochaine d’une conférence sur la paix, la sécurité et le développement dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu aux fins d’y ramener la paix, la stabilité et le développement durables. Comme s’il faillait une simple conférence, alors que sous d’autres cieux on aurait parlé de renforcement des troupes. Curieux tout de même.
 
William Swing donne des assurances aux populations du Nord-Kivu
 
Kinshasa - Le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC, William Lacy Swing, assure les populations du Nord-Kivu, que conformément à son mandat, la MONUC utilisera tous les moyens dont elle dispose pour aider l’armée congolaise (FARDC) à défendre les villes de Saka et de Goma et à arrêter la progression des dissidents de Nkunda, a indiqué mercredi son porte-parole, Kemal Saïki, au cours du point de presse hebdomadaire de la MONUC à Kinshasa.
Le porte-parole a précisé que M. Swing appelle la population du Nord-Kivu à garder son calme et à ne pas prêter attention aux rumeurs. Car, la MONUC et la communauté internationale « s’engagent à mettre tout en œuvre pour assister les autorités congolaises à maintenir la sécurité et à fournir une aide humanitaire aux personnes déplacées par l’insurrection de Nkunda et les affrontements qui en résultent ».
La MONUC est en train d’apporter un appui logistique aux FARDC afin qu’elles puissent reprendre la situation en main et consolider leurs positions dans les autres localités du Nord-Kivu, a indiqué Kemal Saiki. Si on lit entre les lignes, la Monuc contredit le gouvernement, annonçant plutôt une progression des troupes ennemies.
 
Nord-Kivu : En position de force, le camp Nkunda exige des négociations
 
Kinshasa - Le camp du général déchu a exigé mercredi l’ouverture de négociations avec le gouvernement congolais, après avoir remporté une série de victoires au Nord-Kivu), où l’ONU défend les principales villes. «Il faut négocier. Nous demandons l’ouverture de discussions au gouvernement», a déclaré à l’AFP René Abandi, porte-parole du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), mouvement politico-militaire de Nkundabatware.
«Cette guerre nous a été imposée depuis le début. Nous croyons que l’issue des problèmes est politique et non militaire, même si la situation sur le terrain est actuellement en notre faveur».
En deux jours, les soldats insurgés ont repris toutes les positions qu’ils occupaient il y a trois mois, au moment du début des hostilités avec les FARDC au Nord-Kivu, à croire l’AFP. Lire aussi notre ÉDITORIAL : Ce qui se passera à l’est, ou ne se passera pas. Mardi soir, ils sont arrivés aux portes de Sake, à 30 km de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.
Le front s’est stabilisé autour de Sake, défendue par des Casques bleus et désertée par les FARDC, où des tirs sporadiques ont été entendus dans la nuit et en début de matinée, selon l’ONU et des témoins.
La Mission de l’ONU en RDC (Monuc) a prévenu que si les insurgés tentaient d’entrer dans la ville, menaçant les populations et les soldats de la paix, les Casques bleus ouvriraient le feu. «Nous avons renforcé nos positions. Nous ne laisserons pas cette ville tomber aux mains des troupes de Nkunda», a déclaré le porte-parole militaire de la Monuc au Nord-Kivu, le major Prem Tiwari, ajoutant que des hélicoptères d’attaque de l’ONU avaient été envoyés en reconnaissance et en défense de Sake dans la matinée. Effrayés, les habitants de Sake fuyaient par petits groupes mercredi, en direction de Goma, selon des journalistes de l’AFP.
-40247275-nkundaafp203okbody.jpgInterrogé pour savoir si le CNDP comptait poursuivre sa progression en s’attaquant directement à Goma ou à des centres urbains, M. Abandi a répondu: «Cela va dépendre de la situation, s’ils continuent à vouloir nous pilonner ou non». «Nous n’avons jamais dit vouloir renverser les institutions. Nous voulons discuter sur la base de nos revendications», a-t-il souligné.
Réagissant aux propos tenus mardi par le ministre congolais de la Défense et par la Monuc - selon lesquels les FARDC avaient repris la localité de Mweso (à 10 km au nord de Kitchanga, un des bastions de Nkunda situé à plus de 70 km au nord-ouest de Goma) -, René Abandi a assuré que Mweso était occupé par des rebelles hutu rwandais et des miliciens locaux Maï Maï, qui avaient tenté «en vain» de lancer quelques attaques sur Kitchanga.
 
La RDC n’est pas prête à s’engager dans les Accord de partenariat économique (APE) au 1er janvier 2008
 
Kinshasa - Les participants à une matinée de réflexion économique à Kinshasa ont jugé mardi que la RDC et tant d’autres pays de l’Afrique centrale comme n’étaient pas encore prête à s’engager dans les Accords de partenariat économique (APE), d’ici à 1er janvier 2008.
Ces accords prévoient la suppression progressive des entraves liées aux échanges entre l’Union européenne et les pays d’Afrique caraïbes et pacifique (ACP) et la mise en place des zones d’intégration régionale. Selon les participants à cet atelier, les réalités que visent la RDC et les autres pays concernés ne leur permettent pas de s’engager dans ce processus d’ici au 1er janvier prochain, date fixée pour l’entrée en vigueur de ces APE.
Tenue à Kinshasa, à l’initiative de l’APFE, cette journée de réflexion a connu la participation du ministre de l’Industrie et des PME, de plusieurs responsables des organisations non-gouvernementales, des opérateurs économiques, du Fonds de Promotion de l’industrie (FPI) et de la Fédération des entreprises du Congo (Fec).
Par ailleurs, les opérateurs sont convaincus que la mise en œuvre de ces accords constitue des opportunités de désenclavement de près de 237 millions de personnes habitant les pays ACP.
 
Lutumba Masitu de l’Institut Mgr Bokeleale, meilleur lauréat de l’option mathématique–physique
 
Kinshasa - Le candidat Christian Lutumba Masitu, élève de l’Institut Mgr Bokeleale, à Kinshasa-Ouest, a été proclamé meilleur lauréat de l’option mathématique–physique avec 89 % des points à l’examen d’Etat, édition 2006-2007, sur l’ensemble du territoire national, indique un communiqué du ministère de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel).
Selon la source, les candidats ci-après ont été aussi proclamés lauréats : Mosibo Kongi Ornella (83 %) du Lycée Kabambare à Kinshasa-Centre pour l’option latin-philosophie, Rachelle Kiwa Zukulase (74 %) du Lycée technique et professionnel Kimbodo à Kinshasa-Ouest pour l’option hébergement, Nathalie Mamosi Ditomene (65%) du Lycée technique et professionnel de Matonge à Kinshasa-Centre, option Hôtellerie et restauration ; Kambale Mustari Mustari (58 %) de l’Institut Kisungu, au Nord-Kivu.
 
L’option latin-grec réalise le meilleur résultat de l’examen d’Etat 2006-2007
 
L’option latin-grec a réalisé le meilleur résultat, soit 100 % de réussite à l’examen d’Etat 2006-2007 sur l’ensemble des 46 options organisées en RDC l’année scolaire écoulée, indiquent les statistiques à mi-parcours des résultats de la session 2007 des épreuves nationales, établies par le service d’évaluations du ministère de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel).
Selon la source, l’option latin-grec organisée uniquement dans la province éducationnelle du Kasaï Occidental 1, n’avait présenté qu’un seul candidat à l’examen d’Etat qui, du reste, a réussi.
L’option latin-mathématique vient en deuxième position avec 66 % des réussites suivie de l’Education physique (60 %), tandis que le Latin-philosophie, pour 12.777 participants, a obtenu 59 % dont 4 lauréats avec au moins 80 % des points. Dans la série des contre-performances figurent les options Biologie-chimie (44 %), Pédagogie générale (31 %), Commerciale et administrative (29 %) et option normale (24 %).  
 
Ouganda-RDC : Débat sur le partage des bénéfices du pétrole
 
Kampala - Des responsables ougandais et congolais ont débattu mercredi à Kampala de la question sensible du partage des bénéfices de l’exploitation de pétrole récemment découvert sur les rives du lac Albert, a-t-on appris de source officielle.
«Nous allons débattre de la manière de gérer des ressources transfrontalières et de voir comment faire face aux forces négatives dans la région qui pourraient être une menace à la sécurité des deux pays», a précisé Muganda Guma, un haut responsable du ministère ougandais des Affaires étrangères.
Ces discussions, qui se tiennent avant une rencontre ministérielle prévue vendredi entre les deux pays, doivent également aborder des questions de sécurité, de défense et de relations diplomatiques. Le ministre congolais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, prendra part à ces discussions d’intérêt commun.
La RDC est en train de repenser sa politique de coopération avec tous ses voisins pour tenter de reprendre sa place dans la sous-région. «Nous devrions parler d’établir nos relations diplomatiques au niveau des ambassades» au lieu du niveau actuel de chargé d’affaires, a précisé Muganda Guma.
La société canadienne de prospection pétrolière Heritage Oil, parmi d’autres, a découvert en 2006 du pétrole sur les rives orientales du lac Albert, qui constitue une frontière naturelle entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC).
La tension entre la RDC et l’Ouganda est montée d’un cran début août lorsque l’Ouganda a accusé l’armée congolaise d’avoir tué un ingénieur britannique travaillant pour Heritage Oil.
 
La MONUC dénonce le recrutement des enfants au sein du CNDP
 
Kinshasa - La Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) dénonce le recrutement forcé des enfants dont l’âge varie entre 13 et 18 ans, au sein des troupes du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, à Kitchanga, dans le territoire de Masisi, au Nord-Kivu.
enfant-soldat-Bunia.jpgCe nouveau recrutement se fait devant des écoles, notamment à Burungu, lorsque les élèves rejoignent leur domicile, causant la fuite de nombreux enfants dans la brousse, a affirmé un officiel de la MONUC à Kinshasa mercredi.
C’est à travers des poursuites judiciaires, des procès équitables et des peines exemplaires effectivement exécutées dans des lieux de détention réhabilités et à travers des réparations aux victimes qu’un Etat de droit protecteur des droits de ses citoyens et citoyennes pourra s’instaurer en RDC, estime la MONUC.
Le recrutement des enfants dans les groupes armés est un crime de guerre et un crime contre l’humanité, rappelle la MONUC qui plaide pour la fin de cette pratique dans les forces ou groupes armés.
 
La Monuc choquée par les viols au Nord-Kivu
 
Par ailleurs, la Monuc s’est dite «profondément choquée» par la situation des femmes dans le Nord-Kivu où plus de 2.650 cas de viols ont été enregistrés depuis janvier. Dans le Sud-Kivu voisin, quelque 14.200 cas ont été enregistrés en 2005 et 4.500 cas pour le premier semestre de 2007.
 
 
PROVINCES
 
Une fille trouve la mort au cours d’une tentative d’avortement à Makala
 
Kinshasa - Une fille, non autrement identifiée, la vingtaine révolue, a trouvé la mort lundi, au quartier Courant, dans la commune, de Makala, au cours d’une tentative d’avortement.
Réagissant aux menaces de son amant, un jeune homme de trente ans, cette fille a pris des produits abortifs en vue de provoquer l’expulsion prématurée de son fœtus, ont rapporté les membres de sa famille, ajoutant que l’accident mortel est survenu dans un centre de santé de la place, pendant que le médecin tentait en vain de la sauver.
Redoutant une descente punitive au domicile de l’amant en fuite, la police assure la sécurité en attendant que l’ordre revienne.
 
Bientôt la construction de 500 maisons à Luvungi
 
Uvira - Le président de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu, Emile Baleke Kadudu, a accompagné dernièrement une délégation conjointe de son institution et des investisseurs américains pour prospecter un terrain sur lequel seront construites 500 maisons par le projet « World King village international » (WKVI).
Cet investisseur américain, connu sous le sobriquet de Muzungu Nyasi, a dit que ce projet a besoin de 100 ha de terre pour la construction de maisons modernes et de l’élevage du gros bétail. Selon la population consultée sur place à Luvungi, ce projet sera le bien venu étant conçu pour l’intérêt de la communauté.
Le mwami Ndare Simba de la collectivité-chefferie de Bafuliro a, de son côté, apprécié cette initiative et félicité le président de l’Assemblée provinciale pour les efforts qu’il ne cesse d’entreprendre pour le développement du territoire d’Uvira. La date du début de la construction de ces maisons n’est pas connue.
 
 
ECONOMIE
 
Bras de fer entre SEP/Congo et les agences en douane de l’Ituri
 
Bunia - Les violons ne s’accordent pas entre SEP/Congo et les agences en douane telles que CETA, Kin Express et consorts, opérant dans le district de l’Ituri. Le chef de service des Hydrocarbures/Ituri, M. Biambala, qui l’a révélé, a précisé que ce bras de fer est la conséquence du monopole de contrôle d’importation des produits pétroliers détenu par SEP/Congo.
Le chef de service des Hydrocarbures de district de l’Ituri s’est insurgé contre cet état de chose car, selon lui, cette situation de monopole n’existe nulle part en RDC sauf en Ituri, avant de plaider pour l’esprit d’émulation.
« SEP/Congo ne peut en aucun cas monopoliser le dédouanement », a-t-il martelé en ajoutant que le secteur des Hydrocarbures est libéralisé. M. Biambala a, en outre, révélé que SEP/Congo/Ituri s’est permis à sa manière d’imposer le paiement de 20 dollars par m3  à chaque opérateur pétrolier, alors qu’il n’en a pas le droit. A en croire le chef de service des Hydrocarbures, SEP/Congo ne dispose même pas de ses propres installations pour entreposage ni des camions de transport, moins encore de laboratoire.

Nomination des membres des comités de gestion des régies financières
 
Gizenga-kabila-Nzanga-Yerodia.jpgKinshasa - Le Président Joseph Kabila Kabange a signé mercredi 12 décembre trois ordonnances portant nomination des membres des comités de gestion des régies financières OFIDA, DGRAD et DGI.
Aux termes de ces ordonnances, il est nommé à la tête de chacune de ces régies un directeur général et deux directeurs généraux adjoints. Parmi les nominés, outre les membres du comité de gestion de l’OFIDA (Office de douanes et assises), MM. Jean Elongo Engomba et Claude Kalubi sont nommés directeurs généraux (DG) respectivement de la DGRAD (Direction générale des recettes administratives, domaniales, judiciaires et de participation) et de la DGI (Direction générale des Impôts), tandis que MM. Edy Bitale, Roger Bisimwa et Florentin Mukoka sont nommés directeurs généraux adjoints de la DGRAD pour les deux premiers, et de la DGI pour le dernier.
 
120,5 % : taux d’exécution des objectifs budgétaires atteint par la DGRAD
 
Kinshasa - Le taux d’exécution des objectifs budgétaires atteint par la Direction générale des recettes administratives, judiciaires, domaniales et des participations (DGRAD) en 2007, est de 120,5 %, selon un document de la délégation syndicale de cette régie financière.
Le document publié mardi indique que c’est la prise en compte des paramètres non habituels de l’exercice budgétaire 2007 qui conduit au niveau élevé des recettes attendues de la DGRAD, soit presque le double de l’exercice 2006. Car, précise la source, en 2006, la DGRAD n’a pas atteint les objectifs budgétaires arrêtés au Parlement.
Mais, au regard du budget convenu avec les instituions de Bretton Wood, en l’occurrence le Fonds monétaire international (FMI), le taux d’exécution des objectifs budgétaires assignés à la DGRAD a été performant, soit 106,8 %. Le document relève en outre que cet accroissement excessif des recettes attendues de la DGRAD pour l’exercice 2007 se justifie par la prise en compte des recettes dites additionnelles proposées par les syndicalistes des services d’assiette.
La source stipule, enfin, que l’ensemble de ces recettes ajoutées à celles dont la réalisation est butée à plusieurs obstacles s’élève à 87.391.522.457 CDF. Ce qui, selon la délégation syndicale, représente environ la moitié de l’ensemble des assignations de cette régie, soit 44 %.
 
Pour la poursuite du partenariat entre la COPEMECO et la Coopération technique allemande
 
Kinshasa - La fédération de la Confédération des petites et moyennes entreprises congolaises ( COPEMECO)/Kinshasa, a organisé mardi à l’hôtel la Barrière, dans la commune de Ngiri-Ngiri, une réception en l’honneur de la nouvelle conseillère technique principale de la Coopération technique allemande (GTZ), Katharina Niederhut.
L’occasion a été donnée au président fédéral, Mbumba Nzuzi yi Lubela, d’exprimer à son hôte la consternation de la Fédération de Kinshasa d’apprendre que le programme avec GTZ va prendre fin au mois de juillet 2008, alors qu’il devrait en principe se terminer en 2010. «  Ces deux années de rallonge, a dit le président fédéral, nous sont vitales pour la survie de la COPEMECO qui est en passe de rechercher d’autres partenaires pouvant apporter leur appui dans le financement des programmes ».
Prenant à son tour la parole, la nouvelle conseillère technique de la GTZ s’est réjouie de voir qu’avec le programme d’appui à la l’économie et à la Société civile (PESC), la coopération technique allemande a renforcé les capacités des partenaires dans le passé et qu’elle va utiliser les derniers mois du projet à continuer à renforcer les capacités de la COPEMECO, pour qu’elle accroisse ses performances.
Mme Katharina Niederhut a apprécié aussi la vitalité de certains groupements professionnels de la fédération de Kinshasa qui se distinguent par l’engagement de leurs dirigeants et membres actifs en organisant des activités qui contribuent au développement de leurs petites et moyennes entreprises.
 
 
AFRIQUE
 
L’Afrique lance son premier satellite des télécommunications
 
Kinshasa - La Communauté africaine lance, le 18 décembre à Abidjan (Côte d’Ivoire), son premier satellite des télécommunications, apprend-t-on du Projet RASCOM (Organisation africaine de communications par satellite), évalué à 70 millions $ US. Ce satellite étant déjà construit, sa mise en orbite et son exploitation commerciale interviendront entre le mois de mars et d’avril 2008, poursuit la même source.
Cet engin permettra à chaque pays membre de maîtriser le volume des chiffres d’affaires de son trafic des appels entrants et sortants de toutes les sociétés de télécommunications évoluant dans son territoire et il contribuera aussi à lutter contre la fraude dans ce secteur. Il facilitera aussi l’accès aux services des télécommunications universels et réduira en même temps le coût de ces services, précise la même source. 
Outre ces atouts, le projet RASCOM a pour mission de fournir une large gamme de services de télécommunications de qualité optimale et assurer la connectivité rurale, interurbaine et interrégionale de l’Afrique et ce, grâce à sa technologie appropriée et initiative au développement socio-économique de tout le continent africain.
Le projet RASCOM, créé en 1992 par les ministres africains ayant en charge les télécommunications, est une structure spécialisée de l’Union africaine, approuvée comme une infrastructure clé pour le NEPAD, dans le cadre du plan d’action à court terme pour le développement de l’Afrique.
 
113 cas d’Ebola en Ouganda et 29 morts
 
Kinshasa - Cent treize cas d’Ebola ont été détectés lundi en Ouganda ainsi que vingt-neuf morts (29), a fait savoir le Dr Valentine Oketcho, membre du corps médical du district de Bundibugyo à Kampala (Ouganda).
Tous ces cas sont confirmés dans le district de Bundibugyo, village proche de la RDC. Les supermarchés et les banques de Kampala ont fourni à leurs employés des gants en plastique pour éviter au personnel médical de contracter la maladie, a poursuivi Valentine Oketcho. La dernière épidémie d’Ebola en Ouganda remonte à 2.000. Quatre cent vingt-cinq (425) personnes avaient alors été infectées, indique-t-on.
 
SPORTS
 
La RDC sommée par la CAF de payer 35.000 $ US dans dix jours
 
l--popards.jpgKinshasa, - La République Démocratique du Congo est sommée de payer un montant de 35.000 $ US endéans dix jours, a annoncé le comité exécutif de la confédération africaine de football(CAF) dans une correspondance adressée mardi à la Fédération congolaise de football association (FECOFA).
Si la RDC ne s’exécute pas dans ce délai, elle sera exclue de toutes les compétitions continentales de football, insiste la CAF. Le gouvernement congolais est obligé de faire diligence en apurant cette amende le plus rapidement possible pour éviter au football congolais tout désagrément.
Après l’élimination des « Léopards » de la CAN Ghana 2008, le non-paiement de cet argent pourrait compromettre à coup sûr la participation des clubs Mazembe, Motema Pembe, V. club et Maniema Union aux coupes africaines inter-club. La décision de la CAF est motivée par le fait que la RDC s’est rendue coupable de plusieurs forfaits de ses équipes d’âges en 2007, le mauvais accueil des officiels des matches et la légèreté avec laquelle elle avait traité le problème des arbitres gambiens qui devaient officier la rencontre reportée RDC-Ethiopie, rappelle-t-on.
 
Les « Perles » angolaises en quarts de finale de la Coupe du monde de handball
 
Kinshasa - Les « Perles » angolaises se sont qualifiées pour la première fois en quarts de finale de la 18ème Coupe du monde de handball, mardi, après s’être imposées devant leurs homologues de la Macédoine sur le score de 35 à 29, à Metz en France, pour le compte de l’avant dernier match du groupe B, a annoncé RFI captée mercredi.
L’équipe angolaise de Handball féminin est la première des équipes africaines à atteindre ce niveau de la compétition mondiale. Quel que soit le résultat de sa dernière rencontre contre la Russie, l’Angola se retrouve déjà parmi les douze meilleures nations de Handball du monde. Par ailleurs la Tunisie et le Congo-Brazzaville, les autres représentant africains, ont terminé respectivement 15ème et 17ème sur 18 nations qui ont participé à cette compétition.
 
Le Signal du Continent
Avec l’ACP et l’APA

Pour mieux vous servir, notre quotidien deviendra très rapidement www.lesignalducontinent.info
Administration et Rédaction : 75, Marius Duchéstraat 1800 Vilvoorde-Belgique – Compte : 000-1779090-13 
 Tél.: + 32 53 41 62 34 – GSM : + 32 496842694 – 485453016 –  e-mail :
lesignalmagazine@yahoo.fr 
Représentation Kinshasa: 54, Avenue Ndala - Kinshasa-Lemba - Tél : + (243) 89 81 34 349

Commenter cet article