Les rebelles rwandais accusent Washington de soutenir Nkundabatware

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

 
LOGO-CONTINENT.jpg 
Administration et Rédaction : 75, Marius Duchéstraat 1800 Vilvoorde-Belgique – Compte : 000-1779090-13 
 Tél.: + 32 53 41 62 34 – GSM : + 32 496842694 – 485453016 –  e-mail :
lesignalmagazine@yahoo.fr 
Représentation Kinshasa: 54, Avenue Ndala - Kinshasa-Lemba - Tél : + (243) 89 81 34 349
   

 
 
 
Quotidien du lundi 17 décembre 2007
 
 
 RDC – INFOS NATIONALES
 
Les rebelles hutus des FDLR accusent Washington de soutenir Nkundabatware
 
Nairobi - Les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), stationnés depuis plus de 13 ans dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), ont accusé les Etats-Unis de soutenir le général tutsi déchu Laurent Nkundabatware, selon une dépêche de l’AFP reçue samedi.
-40247275-nkundaafp203okbody.jpgLes FDLR affirment détenir «des informations sûres» selon lesquelles «les Etats-Unis d’Amérique soutiennent et protègent de manière substantielle Laurent Nkunda en lui fournissant armes, munitions, logistique, renseignements et protection rapprochée ainsi qu’un appui diplomatique à travers les organismes internationaux», selon un communiqué.
Tutsi congolais, Nkunda se pose en défenseur de sa minorité contre les rebelles hutus FDLR, estimés à 6.000 hommes par l’ONU. Pour ceux qui savent lire entre les lignes, un document du Sénat américain, publié dans Le Signal du Continent, faisait déjà état d’une protection sournoise de Nkundabatware par Washington, bien que le criminel soit frappé d’un mandat d’arrêt international.
«Ce sont des militaires américains appartenant au corps des Marines qui dirigent les opérations de Laurent Nkunda, assurent en permanence sa sécurité et mettent à sa disposition toutes les informations» sur les mouvements de l’armée régulière congolaise et de la Mission des Nations unies en RDC (Monuc), accusent les FDLR.
Le mouvement rebelle rwandais affirme que «ces Marines américains sont stationnés dans le camp de Butotori, à Gisenyi (Rwanda) au bord du lac Kivu, où ils ont longtemps établi leur base militaire pour leurs missions dans la région des Grands lacs africains».
«La récente mise en place d’une représentation américaine à Goma (chef-lieu de la province congolaise du Nord-Kivu) ne vise qu’à couvrir les opérations de ces Marines dans la région», poursuit le texte.
«Les FDLR demandent aux Etats-Unis de cesser d’attiser le feu dans la région des Grands lacs africains et de plutôt s’engager activement et positivement dans la recherche d’une solution définitive à la crise dans cette région par des moyens pacifiques et à travers un dialogue entre les différents protagonistes», conclut le communiqué.
Des diplomates américains ont déjà appelé le chef des insurgés à se rendre ou à s’exiler pour éviter une nouvelle effusion de sang dans l’Est de la RDC. Ce que Nkunda refuse, sûrement conforté par le soutien multiforme dont il bénéficie de manière visible et invisible.
 
La situation à l’Est examinée par Joseph Kabila et des notables
 
Kinshasa - Les questions relatives à la paix, à la sécurité et au développement des provinces du Nord et Sud Kivu ont figuré au centre de l’audience que le Président Joseph Kabila Kabange a accordée samedi, au Palais de la Nation, à une délégation des notables de ces deux entités.
Le Président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, qui a conduit cette délégation auprès du Chef de l’Etat, a déclaré à la presse à l’issue de l’audience qu’ils ont examiné les voies et moyens de ramener la paix et la sécurité au Nord et au Sud Kivu, afin d’assurer le développement de ces deux provinces.
Le Président de l’Assemblée nationale a ajouté que la délégation a également eu avec le Président Joseph Kabila des « échanges francs » concernant la situation sécuritaire de ces deux provinces, de même que les représentants de ces deux provinces lui ont promis de rendre fidèlement compte de leurs entretiens à leurs bases respectives. Cette rencontre, affirme-t-on, pose déjà le jalon de la prochaine grande conférence sur la paix, la sécurité et le développement du Nord et Sud Kivu.
 
Le budget 2008 revu à la hausse
 
Kinshasa - L’Assemblée nationale a adopté vendredi, à l’issue d’un long débat, le budget de l’Etat pour l’exercice 2008, arrêté en équilibre, en recettes et en dépenses, à 1.824.027.860.000 FC (3,6 milliards USD), soit une hausse de 154.555.645.485 FC par rapport au projet de budget présenté par le gouvernement, arrêté à 1.669.472.214.515 FC.
Ces recettes sont constituées des recettes des douanes et accises estimées à 406.400.000.000 FC, recettes des Impôts à 340.514.523.804 FC, recettes non fiscales à 199.015.733.472 FC et recettes des pétroliers à 177.459.598.680 FC.
Les recettes extérieures sont prévues pour 593.643.945.500 FC, soit 32,5 % des recettes totales et 10,1 % du PIB. Le budget prévoit 106.993.858.544 FC au titre des recettes des provinces soit 5,9 % des recettes totales.
Sur le plan des dépenses dont le taux d’accroissement est de 33,1 % par rapport au budget 2007, la dette publique en capital et les frais financiers sont chiffrés respectivement à 177.771.355.971 FC et 171.600.000.000 FC alors que les dépenses du personnel, évaluées à 539.145.880.467 FC soit 29,6 % des dépenses totales.
Ces dernières dépenses ont été majorées de 72.409.200.000 FC provenant des recettes additionnelles dont une bonne partie est affectée à l’investissement, soit un montant de 69.242.500.000 FC. Ce budget, élaboré dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du DSCRP (Document de stratégie de la croissance et la réduction de la pauvreté) vise à réaliser les actions prioritaires retenues dans le PAP (Programme d’actions prioritaires) du gouvernement.
Il s’agit essentiellement de la promotion de la bonne gouvernance et consolidation de la paix, renforcement de stabilité macroéconomique et de la croissance, amélioration de l’accès aux services sociaux et réduction de la vulnérabilité, la lutte contre le VIH/SIDA et la promotion de la dynamique communautaire.
Le budget de l’exercice 2008 a été évalué sur la base du taux de croissance du PIB de 8 %, le taux d’inflation fin période de 8 %, le taux moyen d’inflation de 8,9 %, le taux de change moyen de 500 FC le dollar et le PIB de 5.870 milliards de FC. La loi financière adoptée comporte 13 articles répartis en deux titres.
 
Le rapatriement de la dépouille de Mobutu recommandé par l’Assemblée
 
mobutu.jpgKinshasa - L’Assemblée nationale a recommandé, lors de la plénière présidée vendredi par son président Vital Kamerhe, le rapatriement de la dépouille du Maréchal Mobutu Sese Seko, inhumé au Maroc, pour être enterré « dignement » en RDC dans un mausolée.
Président de la République démocratique du Congo, ex-Zaïre, depuis novembre 1965, Joseph Mobutu Sese Seko, a été écarté du pouvoir le 16 mai 1997 par l’Alliance des forces démocratiques de libération (AFDL) dirigée par feu Laurent Désiré Kabila.
Contraint à l’exil, il est mort le 7 septembre 1997 au royaume chérifien. La demande de son rapatriement a été formulée à la plénière par une député du Nord-Ubangi, à travers une motion acceptée. Les démarches pour rapatrier les restes du corps du Maréchal Mobutu avaient déjà été menées il y a quelques années par sa famille auprès des autorités congolaises, qui n’en voyaient aucun inconvénient.
Lors d’une visite de travail auprès du Parlement marocain, le président de l’Assemblée nationale avait rencontré l’épouse de l’ancien Chef d’Etat congolais avec laquelle la question avait été abordée. Dans une déclaration à la presse, la veuve Bobi Ladawa avait exprimé son désir de regagner son pays pour vivre auprès de ses enfants, dont l’un est ministre d’Etat et l’autre député national.
 
Les FARDC conservent un réel avantage dans l’Est du pays
 
Kinshasa - Les Forces armées de la RDC (FARDC) conservent un réel avantage en ce qui concerne la situation sécuritaire sur le terrain dans la partie-Est du pays. Elles s’emploient à consolider cet avantage, a déclaré le ministre de la Communication et des Médias, Emile Bongeli Ya Ato, dans le compte rendu de la réunion du Conseil des ministres tenu vendredi à la Cité de l’Union africaine de Kinshasa sous la présidence du Premier ministre, Antoine Gizenga.
Le Conseil des ministres a, par ailleurs, noté que la RDC est sur la bonne voie pour atteindre le point d’achèvement dans le cadre de l’initiative PPTE (Pays pauvres et très endettés). Ceci permettra à la RDC de bénéficier de l’effacement de la quasi-totalité de sa dette extérieure, a ajouté le ministre Bongeli.
 
500 nouveaux médecins congolais
 
Kinshasa - 500 nouveaux médecins, issus de différentes institutions universitaires agréées de la ville de Kinshasa, ont prêté le serment d’Hippocrate samedi, au cours d’une cérémonie solennelle organisée par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNNOM), au centre culturel Boboto, à Kinshasa.
Le Dr Diabeno Tombe, président en exercice du CNNOM, a mis l’accent sur le fait que le serment d’Hippocrate ne doit pas être un simple slogan, mais bien un engagement à pratiquer les connaissances acquises pour le bonheur de toute la communauté, avant de prendre acte dudit serment.
Représentant le ministre de la Santé, le secrétaire général a, quant à lui, exhorté les nouveaux médecins dans la profession à s’imposer et à être des modèles pour la société. Le président du conseil urbain de l’ordre des médecins, Dr Dudulinne, a relevé que le médecin est un monsieur honorable et honoré car il exerce une carrière dont la mission se déroule à la frontière de la vie et de la mort.
 
 
PROVINCES
 
Le Bas-Congo réclame cent milliards de FC dans le budget national 2008
 
Matadi - La province du Bas-Congo, qui participe pour près de 50 pour cent dans la mobilisation des recettes nationales, a droit à plus ou moins 100 milliards de recettes dans le cadre du budget national 2008, si l’on devait respecter le prescrit de la Constitution en termes de 40 % de retenue à la source, y compris les recettes pétrolières.
argent.jpgLe gouverneur Simon Mbatshi Batshia, qui s’adressait à la presse locale mercredi en fin d’après-midi dans sa résidence officielle de Matadi, a soutenu que le Bas-Congo devrait remporter «  la palme d’or dans la répartition du budget national », ajoutant que c’était « un scandale » que la province la plus productive du pays se trouve à la queue du peloton avec 27 milliards de francs congolais seulement. « C’est de la pure affabulation, un déséquilibre inacceptable », a martelé le chef de l’exécutif provincial.
Le gouverneur du Bas-Congo a, dans ce contexte, réaffirmé son souci de voir le gouvernement central respecter les prescrits de la Constitution, à savoir la retenue à la source des 40 pour cent de recettes à caractère national, quelle que soit la méthode utilisée pour ce faire, faisant état des efforts entrepris en ce moment pour que le Bas-Congo puisse disposer d’un budget à la hauteur des recettes qu’il génère.
S’agissant de la péréquation, le chef de l’administration provinciale du Bas-Congo l’a définie comme « un acte de reconnaissance, de solidarité nationale ». « Dans mon entendement, a-t-il poursuivi, on donnerait aux provinces ce qui revient aux provinces dans les limites des 40 % des recettes à caractère national, tandis que les provinces faibles en matière de mobilisation des recettes nationales recevraient environ 10 % de l’ensemble des recettes ».
Il a souligné dans ce contexte que tous les animateurs des institutions démocratiques étaient prêts à participer à cet effort de solidarité nationale en faveur des provinces faibles dans la mobilisation des recettes nationales.
 
Le gouvernement central rétrocède 67 milliards de FC au Bas-Congo
 
Le gouvernement central a réajusté la rétrocession à la province du Bas-Congo des recettes à caractère national qui passent de 27 à 67 milliards de FC pour l’exercice 2008, a annoncé samedi la vice-présidente de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, Mme Mfulu Massaka Josiane.
La vice-présidente, qui dirigeait la cérémonie de la clôture de la session budgétaire 2007 en l’absence du président François Kimasi Matuiku Basaula, en soins médicaux en Belgique, en présence de l’équipe gouvernementale conduite par le gouverneur Simon Mbatshi Btshia, a mis en exergue la cohésion qui règne actuellement au sein de son institution. Celle-ci ne tient plus compte de la couleur politique de ses membres d’une part et, d’autre part, l’Assemblée provinciale et le gouvernement du Bas-Congo.
« C’est cette cohésion qui a permis d’obtenir ce résultat », a estimé Mme Mfulu Massaka souhaitant que cette convergence de vues et d’action puisse continuer comme lors de la réclamation à partir de 1956 de l’indépendance politique du pays arrachée en 1960 au cours de laquelle le peuple Ne Kongo a joué un rôle prépondérant.
Aussi, Mme Mfulu a-t-elle invité le peuple Ne Kongo à user de ses prérogatives constitutionnelles pour obliger le gouvernement central au respect de toutes les dispositions relatives à l’autonomie aussi bien administrative que financière des provinces.
 
Le président Kimasi rencontre la Diaspora ne-Kongo vendredi à Bruxelles
 
PICT0086.JPGM. François Kimasi Matuiku Basaula, président de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, rencontrera la communauté ne-Kongo d’Europe le vendredi 21 décembre 2007 à Bruxelles Place Saint-Denis n° 15 dans la Commune de Forest, a-t-on appris ce lundi du Comité de l’organisation de l’événement.
Le président du Législatif provincial, fort de son engagement pour le développement intégral du Bas-Congo, développera à cette occasion les grandes lignes de l’action menée par son organe en vue du décollage économique de la province, avant de débattre, dans un jeu de questions-réponses, de toutes les questions de l’heure intéressant son entité et, ce, sans aucun tabou.
M. François Kimasi, rappelle-t-on, est également le président national de l’ABAKO (Alliance des bâtisseurs du Kongo). Lisez bien avec « », contrairement à ce que nous écrivions antérieurement. Ce dont nous nous excusons vivement. 
 
Construction de 9 écoles ciblées dans le territoire de Fizi
 
Bukavu - L’ONG Internationale Tearfund compte exécuter avec le financement UNICEF la construction de 9 écoles ciblées dans le territoire de Fizi de janvier à août 2008, rapporte-on. Il s’agit des écoles Uzima et Amani à Baraka, Isungu à Lusenda, Luchimu, Mukyombe et Furaha à Lulimba, Bora à Kazimia, Maendeleo à Kikonde et Kirumbu à Karamba.
La formation du personnel enseignant et l’installation d’un système de captage d’eau de pluie, qui pourrait être remplacé plus tard par un raccordement de l’école au réseau d’eau potable, font également partie du programme.
Par ailleurs, l’UNICEF prévoit de contribuer, pour sa part, à la construction de 56 salles de classe d’urgence et de 56 latrines dans le territoire de Fizi, le besoin total en salles de classe s’évaluerait à 189, selon un récent rapport de la division provinciale et de l’inspection provinciale de l’EPSP/Sud-Kivu. Ce projet sera exécuté par l’ONG AIDES, partenaire du HCR, en matière d’éducation.
 
Durcissement de la grève des infirmiers à Mbuji-Mayi
 
Kinshasa - L’Intersyndical des infirmiers et infirmières du Kasaï-Oriental refuse de lever la grève malgré la demande du ministre provincial de la santé conditionnant la reprise du travail par le paiement de la prime de risque.
Le cahier de charge des professionnels de santé comporte trois revendications, dont la prime de risque, la mécanisation des nouvelles unités et la signature de la loi-cadre à Kinshasa, a indiqué le secrétaire provincial exécutif de l’Intersyndical, André Mukinayi.
«De tous ces points, aucun n’est encore résolu. Si au moins, on nous paie la prime de risque, ce serait le début de la solution, en ce moment là on peut lever la grève », a déclaré le syndicaliste.
De son côté, le ministre provincial de la santé, le DR. Shodu Lomami, demande aux infirmiers de faire confiance à l’autorité provinciale qui s’est investit à résoudre ce problème. « Je me propose de les revoir encore une fois pour discuter avec eux la semaine prochaine.
Maintenant tout est bouclé, il faut que les gens comprennent qu’une grève indéfinie n’a pas de sens. Une grève est d’abord un message qu’on envoie à l’employeur », a expliqué le Dr. Shodu Lomami, pour qui les revendications des infirmiers sont justifiées. Le gouvernement provincial travaille pour y apporter des réponses.
Le infirmiers du Kasaï-Oriental sont en grève depuis deux semaines mais assurent néanmoins un service minimum dans les hôpitaux publics.
 
Epidémie de grippe à la cité d’Inongo
 
Inongo - L’épidémie de grippe sévit depuis trois semaines dans la cité d’Inongo (Bandundu) et ses environs. Bien qu’elle ne fasse pas plusieurs victimes, elle cloue au lit pendant plusieurs jours des familles entières au point de créer un déséquilibre social.
A l’hôpital général de référence d’Inongo, où les besoins sont importants en produits pharmaceutiques de 1ère nécessité, la salle d’urgence et d’autres pavillons affichent complets. Certains malades, butés aux difficultés d’ordre conjoncturel accentuées par le retard des salaires, n’ont pas accès aux soins de santé et pratiquent l’automédication qui complique et retarde leur guérison.
D’autres recourent simplement à la médecine traditionnelle et à la pratique des bains chauds comme solution palliative. Face à cette situation, la nécessité d’une prise en charge de l’Hôpital général de référence (HGR) d’Inongo par les organismes humanitaires s’avèrent indispensable.
 
Une nouvelle maternité de 10 lits à Kisenso
 
Kinshasa - Une maternité d’une capacité de 10 lits, dont le coût des travaux n’est pas révélé, est en construction à Kisenso, au quartier révolution, grâce à l’UE. Selon l’ingénieur Samuel Tshibamba, les travaux sont réalisés par l’entreprise de construction Maison Générale d’Entretien des Immeubles (MGEI), sous la supervision d’une ONG Espagnole Médecin Mundi Navari. Débutés le 10 octobre 2007, les travaux prendront fin le 15 janvier 2008. Cette maternité est l’extension de celle du centre hospitalier d’Etat de Kisenso, rappelle-t-on.
 
 
ECONOMIE
 
Interdiction des exportations des minéraux vers la Zambie
 
Lusaka - La RDC a interdit les exportations de minéraux vers la Zambie voisine et ordonné la fermeture de la frontière aux camions transportant du cuivre, a annoncé samedi une compagnie minière à Lusaka. First cobalt.jpgQuantum Minerals (FQM), importante compagnie minière exportant du cuivre de RDC, a précisé dans un communiqué reçu par l’AFP que les autorités congolaises l’avait informée de l’interdiction, par l’intermédiaire du gouverneur de la province du Katanga, Moïse Katumbi.
«FQM annonce avoir reçu un courrier du gouverneur de la province du Katanga, ordonnant la fermeture de la frontière de la RDC aux exportations de minerai de cuivre et aux échantillons de prospection de minerais vers la Zambie», a déclaré le président de FQM, Clive Newall, cité dans le communiqué.
FQM exploite les mines de Lonshi en RDC, ainsi que de Bwana Mkubwa, Kansanshi et Mopani en Zambie, exportant des tonnes de cuivre de RDC pour raffinage en Zambie. M. Newall a ajouté que la compagnie avait en conséquence suspendu temporairement ses activités en RDC depuis le 11 décembre, ses capacités de stockage étant dépassées.
Il a précisé que les autorités congolaises avaient manifesté des inquiétudes sur les méthodes de pesage à la frontière et la situation sociale dans les mines. C’est la deuxième fois en 2007 que le gouverneur du Katanga interdit les exportations de cuivre, provoquant d’importantes pertes financières pour la Zambie.
 
Disparition de trois pierres de diamant à la MIBA
 
Mbuji-Mayi - M. Paul Kabongo Fuila, président administrateur délégué de la société Miba, a procédé mardi dernier, au polygone minier de cette entreprise, à la fermeture de la cellule de la haute sécurité minière et la mise à la disposition du service du personnel, des agents y oeuvrant, à la suite de la disparition de trois pierres blanches de diamant industriel pesant respectivement 44, 24 et 15 carats.
Ces pierres ont été vendues dans les comptoirs d’achat locaux, a-t-on appris jeudi à la direction générale de cette entreprise minière. En réaction à cette perte spectaculaire, un chambardement a été opéré, avec notamment le déplacement de tous les anciens dirigeants, l’ouverture d’une enquête mixte pouvant déterminer les auteurs de ce vol opéré pendant que la société est en difficulté.
Les nouvelles instructions mettent le service de sécurité directement sous le contrôle du président-administrateur délégué lui-même, signale la source qui précise que les personnes impliquées dans ce crime seront sévèrement punies. La valeur de ces pierres volées n’a pas été déterminée.
 
Hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires à Kikwit
 
Kikwit - Les produits alimentaires et autres viennent de connaître une hausse vertigineuse des prix sur les marchés et autres points de vente de la ville de bois.jpgKikwit. Le sac de manioc, vendu au mois de novembre à 6.500 FC, se vend aujourd'hui à 10.000 FC, celui de maïs passe de 10.000 FC à 30.000 FC, tandis que le sac de millet passe de 7.000 FC à 22.000 FC et celui de braises vendu à 3.000 FC s'achète aujourd'hui à 7.500 FC.
Selon les observateurs, la hausse de prix est due à la rareté de ces produits sur le marché, causée par des pluies abondantes qui tombent sur la ville et ses environs, ce qui ne permet pas aux paysans de s'occuper de leurs champs et de faire sécher les produits, d'une part. D'autre part les festivités de fin d'année poussent les marchands à hausser les prix de leurs produits.
 
La pêche sur le lac Kivu peut générer trois millions de dollars US
 
Bukavu – La pêche sur le lac Kivu peut générer des recettes annuelles de l’ordre de 3 millions de dollars américains au profit du trésor public. C’est ce que révèlent les pêcheurs membres de la synergie des pêcheurs opérant au lac Kivu réunis au sein de l’Assopelaki, dont les activités sont cordonnées par le professeur Boniface Kaningini, DG de l’ISP/Bukavu.
Cependant, pour atteindre cet objectif, il faudra que le taux de la production actuelle reste maintenu, soit 4,5 tonnes de fretins et poissons par jour, ou qu’elle demeure à la hausse et que les pêcheurs avec leurs outils de travail soient bien encadrés.  
 
 
AFRIQUE
 
Ouverture du congrès de l’ANC
 
Kinshasa - Le Congrès de l’ANC (Congrès national africain) s’est ouvert dimanche à Polokwane en Afrique du Sud, avec la participation de quatre mille délégués venus de tout le pays pour élire le nouveau président du parti, ont rapporté les radios périphériques captées le même jour.
Cette étape importante avant la présidentielle de l’Afrique du Sud en 2009 depuis la fin de l’apartheid, il y a 13 ans, met face à face l’actuel Président Thabo Mbeki et Jacob Zuma, qualifié de personnage controversé et empesté dans les affaires de corruption et de mœurs.
M. Zuma bénéficie de la confiance auprès de plusieurs militants de son parti et du soutien de la majorité des délégués de la ligue des femmes et des jeunes aux assises de l’ANC. Ces assises constituant un rendez-vous crucial pour les militants du parti de Nelson Mandela, M. Thabo Mbeki a appelé à voter pour un dirigeant épris de ferveur éthique, allusion faite à Jacob Zuma, ex-vice-Président éjecté du gouvernement il y a deux ans, à cause de ses démêlés avec la justice.
Se battant pour le leadership du parti, M. Mbeki a vilipendé le comportement de certains politiciens qui recourent aux abus du pouvoir pour remplir leurs poches soulignant qu’il est informé des manœuvres frauduleuses dans la lutte pour les postes importants qui seront accordés à Polokwane.
 
Nigéria : Rupture des négociations entre le gouvernement  et les séparatistes
 
Kinshasa - Un chef rebelle de l’un des groupes séparatistes opérant dans le Delta du Niger, riche en ressources pétrolières, a annoncé le week-end la rupture des négociations avec le gouvernement nigérien qu’il accuse de double langage à la base d’une tension dans cette région, indique un communiqué de ce groupe publié sur le net.
Ce commandant rebelle non autrement identifié, qui dénonce l’approche contradictoire avec le gouvernement, reproche à celui-ci de vouloir obtenir la paix dans la région pétrolière en ayant recours à l’armée, note le communiqué. Il a fait référence à une descente des troupes du gouvernement la semaine dernière, dans le fief d’un autre chef rebelle près du Port Arcourt.
Officiellement, précise-t-on, le gouvernement entendait découvrir les caches d’armes au moment où les deux parties doivent observer une trêve. Pour leur part, les groupes ont interprété ce geste de provocation pendant qu’eux respectent cette trêve depuis plusieurs mois. Par ailleurs, on déplore depuis cet incident l’enlèvement des deux responsables locaux à Abuja.
 
La Zambie appelle à plus d’investissements chinois
 
Kinshasa - Un responsable commercial zambien a déclaré jeudi que la Zambie entend attirer plus d’investissements chinois pour promouvoir son processus d’industrialisation encore jeune, ont rapporté les médias étrangers reçus dimanche.
« La Zambie a besoin d’investissements et savoir-faire étrangers dont ceux de la Chine, pour produire des marchandises à valeur ajoutée », a indiqué Sebastian Kopulande, président de l’Association du commerce zambio-chinoise, cité par les sources.
M. Kopulande a indiqué que la politique d’ouverture chinoise, initiée en 1978, a apporté de nombreuses opportunités en Afrique, soulignant que la Chine a augmenté le nombre de produits africains qui bénéficient de l’intérêt du marché auquel la Zambie n’a pas encore de technologie capable de fournir, a fait remarquer M. Kopulande.
« C’est une grande opportunité, mais la Zambie n’est pas complètement en mesure d’en profiter », a-t-il déploré. Selon M. Kopulande, les investissements chinois créent des emplois en Zambie et ajoutent des valeurs aux matières premières zambiennes, renforçant les relations bilatérales et encourageant les échanges culturels entre les deux pays.
Les investisseurs chinois en Zambie aident au développement de l’économie du pays à travers le transfert de technologie et de savoir-faire, a-t-il affirmé. Il a loué les entreprises chinoises en Zambie pour leur engagement dans la coopération et dans le développement communautaire du pays.
 
 
SPORTS
 
Indisponibilité du stade des jeunes de Kananga
 
mazembe.jpgKananga - La Ligue de football du Kasaï Occidental (LIFKOC), qui ne dispose pas, pour l’heure, d’installations sportives convenables en vue d’organiser les rencontres des compétitions nationales, devra prendre des dispositions conséquentes à la suite de l’indisponibilité du stade des jeunes de Kananga, a déclaré la semaine dernière Me Trésor Kapuka Ngoy, gouverneur du Kasaï Occidental devant la presse.
Le chef de l’exécutif qui a renouvelé la détermination de son gouvernorat de doter Kananga d’un stade convenable et sécurisant, a exhorté cette entité sportive à aller provisoirement « chercher ailleurs ».
Pour lui, ses administrés doivent patienter pour disposer bientôt des installations plus ou moins acceptables en attendant la construction à Kananga d’un stade omnisports tel que prévu dans le programme du gouvernement central.
La fermeture confirmée du stade de Kananga pour des raisons des travaux pourrait pousser la LIFKOC à porter sur d’autres sites, par exemple à Tshikapa (Kasaï Occidental) ou Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental).
V.Club domine (2-0) Maniema Union en match amical inter-clubs
 
Kinshasa - L’AS V.Club de Kinshasa a dominé l’AS Maniema Union de Kindu sur la marque de 2-0 dimanche au stade des Martyrs, en match comptant pour la préparation de la 5ème Coupe de la Confédération et organisé par la LIFKIN (Ligue de football de Kinshasa).
Les buts vert et noir de Kinshasa ont été inscrits par Manianga (50ème et 86ème minutes). Signalons que les deux formations ont profité du vide au calendrier de l’Entente provinciale de football de Kinshasa (EPFKIN) pour livrer cette rencontre, surtout pour l’AS Maniema Union qui n’a pas encore commencé son championnat.
 
Style du Congo bat (3-1) MK Etancheité à l’EPFKIN
 
Kinshasa, 17/12 (ACP).- Le CS Style du Congo a battu l’AS MK Etanchéité sur le score de 3-1, samedi au stade Tata Raphaël, en match comptant pour la 2ème journée de l’EPFKIN (Entente provinciale de football de Kinshasa). L
Les buts des Stylistes ont été marqués par Mandogo (8ème, 57ème sur penalty consécutif à un tacle de Tshitambala de l’AS MK Etanchéité sur Soki de CS Style du Congo) et de Lupaka (36ème). L’unique réalisation de l’AS MK Etanchéité a été l’œuvre de Kalonda (19ème). 
En premier match, Jae Okinnawa a perdu devant OCK par un score étriqué de 0-1, grâce à un but de Lala Ndombasi (32ème) sur passe de Lodi vendredi pour le compte de la même journée, Pharmagros a partagé avec l’AC St Hermann par un score de 2-2, grâce aux buts de Dola (54ème) de Kinavuidi (69ème) pour le FC Pharmagros tandis que ceux de l’AS St Herman par Mafunga (15ème) sur penalty et de Batidi (28ème).
Auparavant, SC Kintainers et l’AS Le Bleu se sont également séparés dos à dos sur la marque de 1-1, grâce aux buts de Nkunga (40ème) pour le SC Kintainers et de Ibrahim (15ème) pour l’AS Le Bleu.
 
 
 
Le Signal du Continent
Avec l’ACP et l’APA

Commenter cet article