Le Gouvernement central court-circuite la dynamique des Provinces

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

 
LOGO-CONTINENT.jpg 
Administration et Rédaction : 75, Marius Duchéstraat 1800 Vilvoorde-Belgique – Compte : 000-1779090-13 
 Tél.: + 32 53 41 62 34 – GSM : + 32 496842694 – 485453016 –  e-mail :
lesignalmagazine@yahoo.fr 
Représentation Kinshasa: 54, Avenue Ndala - Kinshasa-Lemba - Tél : + (243) 89 81 34 349
  


 
Quotidien du mercredi 26 décembre 2007
 
RDC –INFOS NATIONALES
 
Le Gouvernement central tente de court-circuiter la dynamique des Provinces
 
Bruxelles - La plénière de l'Assemblée nationale tenue samedi a adopté le projet de loi instituant la Conférence des Gouverneurs, dont la composition et le fonctionnement viennent assurément court-circuiter la dynamique qui a été enclenchée par les provinces en vue de peser sur le gouvernement central et lancer leur propre développement, notamment grâce à la rétrocession des 40 % des ressources qu’elles génèrent.
La plénière, dirigée par le président Vital Kamerhe, a ainsi décidé que cette conférence, qui est une instance prévue par l'article 200 de la constitution en tant que cadre de concertation mutuelle et régulière entre les deux niveaux du pouvoir d'Etat, le pouvoir central et les provinces, comprenne le Président de la république, le 1er ministre, le ministre en charge de l'Intérieur ainsi que les gouverneurs des provinces. Mais tout autre membre du gouvernement peut y participer en qualité d'invité. La conférence des gouverneurs, selon cette loi, est présidée par le Président de la République.
undefinedC'est pour consolider la paix, l'unité nationale et la solidarité entre Congolais et assurer une bonne harmonie entre les provinces elles-mêmes, d'une part, et instaurer un cadre de concertation d'autre part, qu'elle a été instituée. Le projet de loi détermine les modalités d'organisation et de fonctionnement de cette instance, dont les organes sont l'Assemblée, le Bureau et les commissions. Cette loi comporte 21 articles, répartis en 4 titres.
Par ailleurs, les élus à la chambre basse du parlement ont adopté, hier dimanche 23 décembre, le projet de loi portant statut, organisation et fonctionnement des provinces. Du point de vue constitutionnel, la province est une entité territoriale politique régionalisée dotée d'une personnalité juridique et gérée par des organes locaux. Elle est investie d'un véritable pouvoir législatif pour exercer les compétences exclusives et mettre en harmonie avec le pouvoir central les compétences concurrentes.
La province n'est ni Etat fédéré, ni une simple collectivité territoriale. La loi sur le statut des provinces, se fondant sur l'article 123, alinéa 1er de la constitution, a pour objet de préciser l'organisation et le fonctionnement des provinces, les ressources des provinces ainsi que les relations que celles-ci entretiennent avec l'Etat et entre elles.
Elle est composée de 90 articles répartis en cinq titres, à savoir dispositions générales, institutions politiques provinciales, rapports entre les provinces et l'Etat, les finances provinciales, dispositions transitoires et finales.
Le 1er traite des dispositions constitutionnelles relatives à la division politique et administrative de la RDC, alors que le deuxième évoque les institutions politiques fonctionnant en province (l'Assemblée provinciale et le Gouvernement provincial) et fixe les règles essentielles relatives à la nature juridique au fonctionnement, aux attributions de l'organe délibérant et de l'exécutif. Quant au troisième titre, il définit les rapports entre le pouvoir central et les provinces. Le quatrième et dernier détermine les finances provinciales, fixe les ressources et définit le fonctionnement de la caisse de péréquation. Nous n’avons pu obtenir plus amples détails à ce sujet, mais nous ne manquerons pas de vous en faire part en temps opportun. Cornelis Nlandu
 
Lancement de l’opération « Paix en RDC »
 
Kinshasa - Le Premier ministre, Antoine Gizenga, a lancé lundi l’opération « Paix en RDC », qui consiste à collecter et à mobiliser des moyens nécessaires pour le retour de la paix en République démocratique du Congo. Cette opération, a-t-il expliqué, au cours d’une adresse lundi au peuple congolais, va se matérialiser par la contribution financière et matérielle de chacun pour servir la noble cause de la paix, notamment pour soutenir l’organisation de la conférence sur la paix, la sécurité et le développement dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. Comme pour dire que l’armée a échoué et qu’il faille adopter un profil bas et recourir à la quête ! Une drôle de gouvernance.
La conférence sur la paix, la sécurité et le développement dans les provinces du Nord et Sud-Kivu a été convoquée par le Président Joseph Kabila et se tiendra du 27 décembre 2007 au 5 janvier 2008. La mobilisation, a souligné le Premier ministre, concerne le peuple congolais dans son ensemble, car l’insécurité dans la partie Est de la RDC menace l’unité et l’intégrité ainsi que le progrès de ce peuple.
Le gouvernement lance, à cet effet, un appel aux dirigeants, à tous les citoyens et toutes les citoyennes ainsi qu’aux personnes morales de toutes les provinces de souscrire massivement à cette opération dont les modalités pratiques seront rendues publiques par les ministères des Finances et du Budget.
 
William Swing fait ses adieux au Premier ministre
 
Kinshasa - M. William Swing, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en RDC, a fait lundi ses adieux au Premier ministre congolais, à l’Hôtel du gouvernement, au terme d’un mandat de cinq ans à la tête de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUC). Le diplomate onusien a indiqué à la presse, à l’issue de cette rencontre, qu’il quitte la RDC qu’il qualifie de « pays avec un grand avenir et qui a réussi son processus électoral en se dotant des institutions légitimes ».
Il a saisi cette opportunité pour exhorter le peuple congolais à se mobiliser et à prendre en mains sa destinée. M. Swing a également loué « les efforts déployés par les autorités nationales pour démobiliser de nombreux anciens combattants et mettre en place une police et une armée républicaines ».
 
Bientôt la première pierre du Musée national sur le site « Tembe na Tembe »
 
Kinshasa - La première pierre du Musée national sera posée le 4 janvier 2008 sur le site « Tembe na Tembe », dans la commune de Lingwala à Kinshasa, a annoncé lundi le ministre de la Culture et des arts, Esdras Kambale. Il a fait savoir que la construction de ce musée moderne s’inscrit dans le cadre du plan d’action prioritaire de son ministère en particulier et du gouvernement, en général, indiquant que cet édifice permettra de revaloriser, de conserver et de diffuser l’art congolais dans les conditions de standard international. M. Kambale a souligné que son érection sera réalisée grâce à l’appui d’une firme française qui prend en charge le financement total du projet.
Ce musée avec plusieurs annexes, aura à résoudre des problèmes d’ordre infrastructurel. Il constituera pour nos artistes « une cité artistique qui répondra à bon nombre de leurs besoins.
 
Le développement est tributaire du rendement de l'Administration publique
 
Kinshasa - Le développement de tout pays est tributaire du rendement de son Administration publique par une bonne application, par celle-ci, des lois et textes réglementaires et une gestion conforme des ressources humaines, financières et matérielles, a affirmé récemment le ministre de la Fonction publique, Laurent-Simon Ikenge.
Ce dernier qui s’exprimait en tant que nouveau ministre de la Fonction publique, au cours de sa première rencontre avec les secrétaires généraux de l’Administration publique, en la salle de conférences internationales du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, a rappelé que l’administration est comme l’âme de l’Etat.
Les secrétaires généraux sont les premiers des fonctionnaires de leurs ministères respectifs censés connaître les problèmes qui rongent ceux-ci et avoir la maîtrise des lois et circulaires pour gérer les agents et fonctionnaires, a-t-il fait savoir. Il a cependant relevé que la manipulation des effectifs, qu’il a qualifiée de jeu d’intérêt, figure parmi les griefs qu’on reproche à l’Administration publique congolaise, surtout au niveau des secrétaires généraux. Il a ajouté que c’est pour cette raison que ne seront payés, au niveau de l’Administration publique, que les agents et fonctionnaires de l’Etat recensés et détenant la carte définitive de ce service.
Les secrétaires généraux lui avaient soumis, au cours de cette rencontre, les problèmes socio-administratifs de la Fonction publique en général, et les leurs en particulier, notamment ceux liés aux conditions sociales des agents et fonctionnaires, à la précarité de ceux-ci par rapport au rendement des services de l’Etat et à la non modernisation de cette administration.
 
Confirmation de la présence d’éléveurs étrangers sur le sol congolais
 
Isiro - La mission parlementaire dépêchée dans la province Orientale a confirmé que le territoire congolais est squatté par des éleveurs étrangers, communément appelés « Mbororo », ainsi que leurs femmes et enfants, notamment à Dingba, à Doruma en territoire de Dungu et à Ango, dans le district du Bas-Uélé.
Selon cette mission, ces éleveurs de vaches et d’autres bétails, généralement armés, très mobiles et dont on ne connaît ni le nombre ni l’origine, sont entrés en RDC il y a plusieurs mois par Bondo, localité située à la frontière avec la RCA (République centrafricaine), soutenant qu’ils détiendraient des documents délivrés par la coordination du MLC alors ex-mouvement armé et la DGM (Direction générale de migration) de l’époque.
La population autochtone leur est hostile du fait que leurs bétails ravagent systématiquement des cultures et abîment des sources d’eau, indique la mission parlementaire qui fait état de la dénonciation par la population de la présence des mouches tsé-tsé, source de la maladie du sommeil, que leurs vaches auraient introduites dans ces entités. 
Pour la mission parlementaire, l’absence d’une administration efficace et la perméabilité des frontières favorisent l’entrée libre en RD Congo des « Mbororo » qui, note-t-on, ne sont pas prêts à quitter le sol congolais, appelant à une action diplomatique et à des fortes pressions pour les contraindre à quitter le territoire congolais. 
Ces nouveaux envahisseurs affirment à qui veulent les entendre que « c’est le bon Dieu qui a créé la terre et qu’ils ont le droit de s’en approprier partout où ils passent ». Le gouvernement, conclut la mission parlementaire, doit ouvrir grandement l’œil pour éviter l’appropriation du sol congolais par ces «Mbororo » qui agiraient en intelligence, avec certains politiciens du pays. Mais comme l’Etat est ce qu’il est aujourd’hui, on se pose la question de savoir si l’enquête connaîtra une suite. Plusieurs dossiers chauds, en effet, n’ont jamais connu de dénouement, qui incitent les provinces à régler elles-mêmes certains problèmes face à un gouvernement central plus porté sur l’enrichissement que l’administration du territoire.
 
Une commission de paix de l’UA confirme
 
La délégation de la commission de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) dépêchée pour mener une enquête sur la présence des «Mbororo » (éleveurs étrangers) s’est rendue compte de l’effectivité de cette présence. Le président de la commission pour la RD Congo, le Soudan, la Somalie et le chef de la délégation, Abdoulaye Batili, qui l’a affirmé à l’issue d’un déjeuner offert en leur honneur par le gouvernement provincial, s’est dit très satisfait du déroulement de sa mission à Kisangani et à Isiro.
Les informations récoltées auprès de différentes couches de la population, a dit M. Abdoulaye, favorisent l’objectivité du rapport et des recommandations de sa délégation en vue de permettre à l’Union africaine d’apporter sa contribution à la résolution durable du problème posé par la présence des «Mbororo ».
Pour le ministre provincial en charge de l’Intérieur, Draso Angotowa, les « Mbororo » sont des éleveurs constitués de Tchadiens, Centrafricains, Soudanais ainsi que de Libyens, qui s’adonnent au braconnage et à la destruction des cultures vivrières sur le territoire congolais.
 
Plaidoyer pour l’indépendance des organes de presse officielle
 
Kinshasa - Les responsables des stations de radio et des chaînes de télévision officielles des pays d’expression française, membres du Conseil international de ces médias, ont recommandé l’indépendance de ces organes de presse vis-à-vis du pouvoir public ainsi que des dirigeants politiques, à l’issue de leurs assises annuelles la semaine dernière à Rabat, au Maroc.
Selon l’administrateur-délégué général de la RTNC (Radiotélévision nationale congolaise), Emmanuel Kipolongo Mukambilwa, qui a représenté la RDC à cette rencontre, il a sollicité l’allègement de la dette de la RDC envers cette institution, eu égard aux guerres imposées à ce pays.
Les assises de Rabat, axées sur le thème « Etre ou ne pas être », ont offert l’opportunité aux participants d’étudier les stratégies devant permettre aux studios de radio et aux chaînes de télévision officielles de jouer le premier rôle par rapport aux organes correspondants privés, a souligné l’administrateur-délégué général de la RTNC.
Pour M. Kipolongo, ce forum a aussi permis aux participants d’échanger leurs expériences respectives en matière de programmes, d’informations et de formation ainsi que de prendre conscience de la surenchère des taxes qui leur sont imposées par des sponsors privés pour la couverture de grands événements telle que la transmission d’événements sportifs.
 
Exposition de peinture « Kinshasa moto » à Bruxelles
 
Bruxelles - Une exposition d’artistes peintres congolais intitulée “Kinshasa moto » se tient depuis la semaine dernière dans les locaux de l’Office de coopération de l’Union européenne, à Bruxelles. La plupart des tableaux de Mbemba, Malambu, José Kamena, Stanley et Dikisongele, qui attirent l’attention d’un large public de connaisseurs, dépeignent l’Africain et principalement la femme africaine dans sa vie de tous les jours.
Décrivant ces artistes, Mme Lorenza Ngoy, responsable de l’exposition, a déclaré que la peintre Mbemba voit en ses oeuvres « une quête de l’identité par les scarifications et les tatouages ». Son style, estime-t-elle, reste influencé par l’activité de la femme dans la société, le rôle principal qu’elle joue en tant que mère, épouse, mère génitrice et mère industrieuse. Il s’agit donc d’une femme « persévérante, patiente et qui a l’amour de la société ».
Elle a, par contre, loué l’imagination créatrice de l’artiste Dikisongele. Celle-ci, a-t-elle dit, est le reflet de sa propre expérience qui va au-delà de la réalité humaine. « Chaque fois que l’artiste pénètre l’univers du masque, ajoute-t-elle, il y reste pour découvrir une chose : la force qui l’emporte dans l’imagination, qui devient l’instance de créativité ».
Les tableaux de Malambu, a dit Mme Ngoy, révèlent un « authentique Africain qui porte et peint sa société dans son double statut : traditionnel et moderne. Il dédie ses efforts à la résurrection de ses valeurs pour redonner du souffle à l’homme moderne. L’une de ces valeurs sur laquelle il s’attarde et qui oriente tout le fond de sa peinture est la responsabilité ».
Quant à Kamena, l’art pour lui « repose sur la relation forme-contenu. Ce n’est pas le problème de la forme en tant que telle qui paraît être de première importance, mais la question est plutôt de savoir comment exprimer un contenu au moyen d’éléments plastiques, exploités avec des moyens d’harmonie du beau. C’est l’échange permanent d’une intention et d’un matériau ». Enfin, M.M Stanley est un peintre « pas comme les autres ». Il axe ses toiles sur les « réalités quotidiennes de la femme », assure Mme Ngoy. L’exposition « Kinshasa moto » court jusqu’au 11 janvier 2008.
 
 
PROVINCES
 
Recrudescence de cas de choléra à Rutshuru
 
undefinedKinshasa - L’épidémie de choléra refait surface dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu depuis novembre dernier, a annoncé une radio périphérique captée lundi. Selon la source citant une antenne locale de l’ONG Médecins sans frontière (MSF), cinq décès sur 1.300 cas ont été enregistrés.
Le manque d’eau potable serait à la base de la recrudescence de cette épidémie dans la contrée où des populations fuyant les affrontements entre les FARDC et les insurgés du général déchu Laurent Nkunda se sont regroupés.
 
L’épidémie « Monkey pox» tue douze personnes à Lukibu
 
Kananga - Douze (12) personnes au moins ont trouvé la mort à la suite de l’épidémie de Monkey Pox survenue depuis quelques jours dans la contrée de Lukibu, dans le territoire de Dimbelenge au Kasaï Occidental, a annoncé le député provincial Gaspard Mashala Bambi, au cours de la plénière l’Assemblée provinciale de mardi à Kananga. Selon lui, la maladie se manifeste par l’apparition des boutons semblables à ceux de la variole sur le corps et la langue, le tout accompagné de forte fièvre, avant d’entraîner la mort, 3 à 6 jours après la période d’incubation.
Le député, qui a qualifié de contagieuse cette maladie, a indiqué qu’un infirmier de la place est même mort quelques jours après avoir été en contact avec une personne malade. La consommation de la viande d’un singe trouvé mort dans la forêt, par un père de famille, serait à l’origine de l’apparition de cette maladie, a indiqué le député Mashala.
 
Recrudescence du taux de prévalence du VIH/SIDA à Tshikapa
 
Kinshasa- Selon les enquêtes menées récemment à Tshikapa, cette ville de la province du Kasaï Occidental enregistre un taux élevé de prévalence du VIH/SIDA. Pour le Programme national de lutte contre le Sida (PNLS) pour le Kasaï Occidental, le nombre de femmes séropositives qui accèdent à la nivérapine est insignifiant.
Les causes, selon les enquêtes de ce programme, sont liées au manque d’information, aux convictions erronées des habitants sur la maladie, à l’insuffisance de médicaments ainsi qu’à l’affluence de personnes seules venues à la recherche de pierres précieuses. Le PNLS encourage également les femmes séropositives enceintes à se rendre aux consultations prénatales pour éviter tout risque de transmission du virus à l’enfant et réduire ainsi les possibilités de contamination du fœtus.
 
Le Kasaï Occidental susceptible d’être privé de financement de l’UNICEF
 
Kananga - Le Kasaï Occidental pourrait être préjudicié dans l’octroi des financements par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), dans le cadre de son programme de coopération avec la RDC pour les exercices 2008 à 2012, a annoncé une source proche de cette agence du système des Nations Unies à Kananga.
Depuis plusieurs années, les financements consentis à cette province pour l’exécution des programmes annuels de coopération UNICEF-RDC ont été insignifiants par rapport aux préoccupations, note la source, attribuant cet état de chose au retard dans l’élaboration des fiches techniques par les responsables des programmes sectoriels, mais aussi dans la justification des fonds reçus précédemment.
La même source indique que sur près de 500.000 dollars alloués au Kasaï Occidental pour le programme de coopération 2006, quelque 190.000 seulement sont justifiés à ce jour, tandis que pour la grande part, les justifications se font encore attendre. Selon la source, la plupart des justifications ont été fournies en dehors du délai réglementaire, et se situent généralement dans une fourchette allant du 10 à 30 pour cent.
 
 
ECONOMIE
 
194.444,44 $ déboursés pour 49 micros projets dans le Haut- Uélé
 
undefinedIsiro - La Caritas Modac/Hypres - Aled Isiro a financé au mois d’octobre 2007 les 49 micros projets communautaires dans la Province Orientale pour un montant de l’ordre de 194.444,44 dollars américains, déboursés en trois tranches. Les différents projets financés concernaient surtout les constructions des ponceaux, des puits, le captage et les aménagements des sources d’eau, équipement foyers sociaux, postes de santé, salles de classe, acquisition d’outillages agricoles, décortiqueuses à riz et presses à brique. 52.399 personnes disséminées sur 7 différents axes ont été touchées positivement par ces micros projets.
 
Modification de l’horaire de travail dans le secteur commercial de Kinshasa 
 
Kinshasa - Les travailleurs oeuvrant dans les magasins de Kinshasa, notamment ceux tenus par des Indo-Pakistanais et des Libanais, ont exprimé leur inquiétude au regard d’une décision de l’autorité urbaine modifiant l’horaire du travail qui consacre désormais le début du travail à 7h30’ et la fin à 17h30’ sans interruption. Selon certains travailleurs du secteur, le nouvel horaire établi par l’autorité urbaine n’accorde pas à ces derniers le temps de la pause et ne prend pas en compte non plus les heures supplémentaires.
Ils estiment que ce changement d’horaire entre en contradiction avec la mesure prise en son temps par la ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, Marie-Ange Lukiana, après concertation avec les responsables des magasins.
Cette mesure prévoyait le début du travail à 8h30’ et la fin à 16h30’, avec une pause entre 12h00’ et 12h30’, ainsi que la prise en compte du paiement de la prestation des heures supplémentaires. Le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale n’a jusqu’au début de la semaine, exprimé au public sa réaction sur cette décision de l’autorité urbaine de Kinshasa.
 
 
AFRIQUE
 
L’affaire Arche de Zoé : Verdict ce mercredi
 
undefinedKinshasa - Le verdict de l’affaire de l’Arche de Zoé aura lieu ce mercredi à N’Djamena, a-t-on appris de sources proches du tribunal qui juge les inculpés dans la capitale tchadienne. Selon la réquisition de l’organe de la loi, les six Français, avec leurs co-inculpés (trois Tchadiens et un Soudanais) sont accusés de grivèlerie et d’enlèvements d’enfants.
Les avocats de la partie civile ont démontré selon eux que cette opération de trafic d’enfants est une humiliation pour le Tchad et pour l’Afrique. Pour ce préjudice moral, il est exigé un million d’euros pour chaque enfant, annonce-t-on.
 
Date-butoir pour les négociations de paix en Ouganda
 
Kinshasa - La date du 31 janvier 2008 a été fixée par Yoweri Museveni comme date-butoir à laquelle un accord de paix doit être conclu avec l’Armée de la résistance du Seigneur (LRA). Le Chef de l’Etat ougandais l’a annoncé lors d’une réunion mardi à huis clos avec les négociateurs de la LRA qui ont procédé à des consultations depuis le 1er novembre dernier avec des communautés ougandaises différentes sur les moyens de traiter les atrocités commises durant 20 ans d’insurrection du groupe rebelle, selon une source anonyme proche des travaux de la réunion.
La LRA a demandé de fixer la date-butoir au 15 mars 2008, mais le Président a insisté sur la fin de janvier prochain. Yoweri Museveni et les négociateurs rebelles sont d’accord sur le fait que, après avoir terminé l’application du protocole sur le programme des négociations, ils envisageront les deux derniers articles du programme : démobilisation, désarmement, réintégration et cessez-le feu. Les pourparlers, médiatisés par le gouvernement sud-soudanais, pourraient reprendre le 10 janvier prochain après une conférence de la LRA qui regroupera 500 délégués du 5 au 7 janvier à Ri-Kwangba, dans le Sud du Soudan.
Le dernier cycle de pourparlers de paix à la mi-juillet dernier à Juba, capitale du Sud-Soudan, est considéré comme la meilleure chance de mettre fin au conflit et d’engager la reconstruction d’après-conflit au Nord. L’insurrection de la LRA a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 1,4 million de sans abri dans le Nord de l’Ouganda.
 
Onze districts ougandais en proie à la famine
 
Onze districts dans le Nord et le Nord-Est de l’Ouganda sont en proie à une famine imminente, menaçant la vie de plus de 1,5 million de personnes, selon un rapport compilé par le réseau du système d’avertissement de la famine (Fews Net), cité par la presse locale.
« La sécurité alimentaire se détériorera dans les régions de l’Est et du Nord-Est lors du premier semestre de 2008 », selon le rapport qui a également averti que la récolte médiocre à Karamoja causerait une période de famine à partir de février prochain, accablera le marché du bétail et diminuera davantage la capacité pour l’achat de nourriture.
Fondé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) depuis sa création en 1986, le Fews Net dirige l’organisation dans la prédiction et les réponses à la famine et à d’autres formes de problèmes de sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne.
La sécheresse va augmenter le nombre des personnes en proie au manque de nourriture à 1,7 million, mais seulement 1,5 million de personnes peuvent recevoir une assistance alimentaire. Le département météorologique a estimé que le climat anormal en Océan Pacifique provoquerait une sécheresse en Ouganda lors du premier trimestre de 2008.
 
 
SPORTS
 
Flux des footballeurs kinois à Kananga
 
undefinedKananga - Le gros de recrutements des nouveaux joueurs s’est opéré dans la capitale congolaise, a-t-on remarqué au démarrage le 22 décembre prochain du championnat de l’EUFKANA (Entité urbaine de football de Kananga). Les formations sportives de Tshinkunku, Sainte Famille, Saint Luc, TV Tshipepele et IFLC Inter Force de Luluabourg ont battu le record sur ce plan pour des raisons évidentes de manque criant de joueurs aguerris.
Ces équipes ont tenu compte, entre autre, du dynamisme et du réalisme du football kinois caractérisé en plus pour l’heure, par l’esprit de business manifeste dans le chef des joueurs. Le manque d’encadrement technique et moral a précipité le football kanangais dans le gouffre. Le flux des footballeurs kinois à Kananga a mis véritablement un terme aux réalités d’un passé récent marqué par l’engouement envers les athlètes en provenance de Lubumbashi, Likasi et Kamina (Katanga) pour pallier à l’absence des joueurs compétitifs sur place.
 
Trois ligues provinciales aux championnats nationaux de lutte à Matadi
 
Kinshasa - Trois ligues provinciales, à savoir Kinshasa, Bandundu et Bas-Congo, participent aux 11èmes championnats nationaux de lutte, débutés le 23 décembre 2007 à Matadi, chef-lieu de la province du Bas-Congo. Kinshasa aligne 14 athlètes dont 3 femmes qui concourent en open, tandis que les hommes seront à 6 en style gréco-romain et 5 en style libre olympique.
Le Bandundu se présente avec 5 athlètes dont 3 en gréco-romain et 2 en libre olympique. Quant à la province hôte, elle en a 5 en gréco-romain et 6 en libre olympique pour un total de 11 athlètes. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée au Bassin Damar, dans la commune de Matadi, où a eu lieu lundi, en marge de la compétition, l’assemblée générale ordinaire de la Fédération congolaise de luttes associées (FECOLUTTA) ayant inscrit à l’ordre du jour les points relatifs au rapport d’activités de l’exercice 2007 ainsi qu’au dossier Baku, en Azerbaïdjan (championnats du monde septembre 2007).
 
ONATRA occupe la 7ème place de la 22ème CACC de basket-ball messieurs
 
Kinshasa - Le BC Onatra a occupé la 7ème place à l’issue, dimanche à Luanda, en Angola, des matches de classement de la 22ème édition de la coupe d’Afrique des clubs champions de basket-ball messieurs. Le BC Kauka, l’autre représentant congolais, s’est classé 8ème après sa défaite face à ONATRA.
Par ailleurs, Primeiro de Agosto a été sacré champion, et ce, pour la 3ème fois de son histoire, devant une autre équipe d’Angola, Petro Athletico. Ces deux équipes sont talonnées par ABC (Côte d’Ivoire), Inter club (Angola ), Niger (Niger), APR (Rwanda), ONATRA (RDC), Kauka (RDC), MBC (Bénin), Aspac (Nigéria), Stade malien (Mali) et Ferroviaro (Mozambique), rappelle-t-on.
 
Le Signal du Continent/ACP

Commenter cet article