Naissance d'un syndicat des professionnels de la presse d’Afrique centrale

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

Naissance à Brazzaville de l’Union des syndicalistes des professionnels de la presse d’Afrique centrale
Kinshasa, 28/12 (ACP).- Des responsables des syndicats du secteur des médias d’Afrique centrale, réunis à Brazzaville, en République du Congo, depuis le 24 décembre, en atelier régional sous le thème : « Les techniques de négociations des conventions collectives et de résolution des conflits de travail », ont créé mercredi une organisation syndicale sous-régionale dénommée « Union des syndicats des professionnels de la presse d’Afrique centrale (SYPAC).
Ils ont également adopté les statuts constitutifs de cette organisation appelée à promouvoir et à défendre les intérêts matériels, économiques et moraux des agents du secteur des médias en Afrique centrale. Les membres fondateurs de cette union sont les syndicats du secteur des médias du Cameroun, du Tchad, de la RCA, de la République du Congo et de la République Démocratique du Congo (RDC) présents aux assises de Brazzaville.
La RDC y était représentée par une forte délégation de cinq membres du Syndicat national des professionnels de la presse (SNPP). Les membres fondateurs se sont fixés un nouveau rendez-vous dans six mois pour procéder à la constitution du comité exécutif appelé à diriger l’union pour les trois prochaines années. Les travaux de l’atelier régional de Brazzaville, qui étaient ouverts par le ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement du Congo-Brazzaville, ont été dirigés par le directeur de la région Afrique de la FIJ (Fédération internationale des journalistes), Gabriel Ayite Baglo, et animé par M. Barthélemy Abdul Aziz, formateur en droit syndical venu de Dakar (Sénégal). L’atelier était organisé par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en collaboration avec la FIJ.
 
Vonga Aye de nouveau sur la scène musicale
Kinshasa, 28/12 (ACP).- La chanteuse congolaise Vonga Aye est de nouveau sur la scène musicale, grâce à la Communauté française de Belgique en République Démocratique du Congo. La Communauté l’a présentée jeudi, dans la salle Brel du Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, dans la commune de Gombe, pour annoncer deux concerts que cette artiste-musicienne jouera les 23 et 24 janvier 2008 dans la capitale.
Vonga Aye, abordée à ce sujet, a exprimé sa joie de renouer avec la scène après une longue période d’absence passée à Bangui, en République centrafricaine et en Afrique du Sud. Elle a justifié cette absence du pays par le manque de producteur. Son retour a un effet de surprise auprès de l’opinion qui la croyait morte. « Je suis ressuscitée », pensent certains, a-t-elle ajouté.
Vonga Aye est l’une des vedettes féminines des années 80, qui a brillé de mille feux aux côtés de Massikini, Mpongo Love et Etisomba, rappelle-t-on. 
 
Trois militaires arrêtés pour vol à main armée  à Mbandaka
 
Kinshasa, 28 déc. (APA)- Un groupe de malfrats, tous militaires actifs, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi à Mbandaka, chef-lieu de la Province Oriantale par le comité provincial de sécurité. Ces malfaiteurs sont de gardes à la 3e région militaire, a rapporté la Radio Okapi parrainée par l’ONU.
Il s’agit de deux officiers subalternes du Régiment commando et d’un lieutenant de l’Auditorat militaire de la garnison de Mbandaka.
La hiérarchie de la 3ème Région militaire a affirmé qu’un élément du régiment Commando arrêté bien avant pour vol des canards, était venu dénoncer ces deux officiers qui sont de la même unité que lui.
« Deux armes avec chacune une balle dans la chambre, neuf munitions et deux chargeurs, ont été récupérés derrière l’Institut de Mbandaka, non loin du camp capitaine Ngashi, où logent ces militaires. C’est là qu’est constituée leur cache d’armes», a-t-elle ajouté.
De leur côté, les deux militaires ont avoué être auteurs de plusieurs braquages opérés au mois de novembre dernier. Parmi les méfaits, ils ont reconnu avoir braqué l’épouse d’un armateur des convois motorisés dans le quartier Ikongowassa, puis emporté une somme d’argent. Ils ont avoué également avoir volé des sacs de ciment à l’école primaire Bokombodji, et tiré sur un « tolekiste » [ Ndlr : motocycliste faisant le taxi] rencontré sur leur passage avant de lui ravir sa bicyclette.
Ces deux éléments du régiment commando ont déclaré œuvrer en complicité avec un sous-lieutenant et un commandant second de leur compagnie.
Le troisième accusé est un lieutenant de l’auditorat militaire, et il est considéré comme le chef de bande d’un autre groupe de bandits à main armée.
Un père viole sa fille de 12 ans à Kananga
Kananga, 28/12 (ACP).- Un père de famille dont l’âge n’a pas été précisé à la presse, a violé sa fille de 12 ans, dans la commune de Kananga, au Kasaï Occidental, à la grande désolation des habitants du quartier. L’incestueux a profité de l’absence de son épouse retenue à la maternité, pour commettre son forfait.
Outre sa propre fille, cet incivique avait déjà dans le passé violé sa mère et sa petite sœur. A ce sujet, l’on s’apprête à déférer l’intéressé à la justice pour y répondre de ses méfaits.
 
Les « Shégués » font la loi à la gare de Matete
 
Kinshasa, 28 déc. (APA)- Les enfants de la rue, communément appelés « Shégués », font la loi à la gare ferroviaire de l’Onatra dans la commune à Kinshasa, où ils s’illustrent par des actes de banditisme, en extorquant des biens aux passants surtout la nuit, a appris jeudi, un journaliste de l’APA.
Mercredi vers 20 heures, un homme, qui a requis l’anonymat, habitant la commune de Kisenso, a été agressé à cet endroit par un groupe de jeunes délinquants, alors qu’il revenait du service. Après l’avoir encerclé, ils ont tenté de le dépouiller de son appareil cellulaire et de son sac. Selon des témoins, la victime a opposé une farouche résistance et réussi à s’échapper avec ses biens.
Plusieurs témoignages recueillis confirment que cet endroit est devenu dangereux pour toute personne qui s’hasarderait à longer le chemin de fer de la gare de Matete.
 
Un nouveau site d’exploitation de diamants à Bandundu ville
 
Kinshasa, 28 déc. (APA)- Bandundu, Le chef-lieu de la province du même nom, est devenue depuis plus d’une semaine un centre d’exploitation de diamants. Des dragues, des dizaines de pirogues motorisées et des centaines de plongeurs et acheteurs affluents vers cette nouvelle carrière en pleine ville, a constaté la radio Okapi.                                                               
Des pirogues motorisées et des dragues stationnées en pleine rivière auxquelles s’accrochent des plongeurs, c’est l’ambiance qui prévaut à la rivière Kwilu, en pleine ville de Bandundu. Ces plongeurs remontent à la surface avec des sacs pleins de graviers qu’ils tamisent ensuite. Pendant ce temps, des acheteurs attendent assis sous des parasoleils au bord de la rivière. Chaque jour qui passe, le nombre de matériels et de personnes augmente sur ce lieu.
Parmi les acheteurs, il y en a qui viennent d’anciennes carrières de Sakinda sur la rivière Kasaï et de bien d’autres carrières de la province voisine du Kasaï. Ainsi, ce lieu qui n’était qu’un petit marché de pêcheurs devient une carrière d’exploitation minière.
D’après certains d’exploitants, la faible profondeur des eaux et la qualité de pierres précieuses qui y sortent expliquent l’engouement des creuseurs artisanaux et acheteurs.
De leur côté, les autorités provinciales sont en train de prendre des mesures d’encadrement nécessaires pour faire respecter la réglementation en vigueur en la matière. C’est ce qui explique la suspension momentanée des travaux sur ce lieu. Malgré cela, les exploitants artisanaux poursuivent leur besogne.
 
Les affrontements au Nord Kivu provoquent la hausse des denrées alimentaires à Bukavu
Bukavu, 28/12 (ACP) – Les affrontements entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et les éléments fidèles au général insurgé Laurent Nkunda au Nord-Kivu ont provoqué au Sud-Kivu la hausse des prix des denrées alimentaires, en provenance de Minova, Goma, Sake, Rutshuru et Masisi a constaté l’ACP.
Dans les dépôts du marché de Kadutu à Bukavu où s’approvisionnent les marchands et revendeurs des communes urbaines et rurales du Sud-Kivu, le prix du haricot, de la pomme de terre, de la viande de bœuf, des oignons blancs et des poissons salés communément  appelés Makayabo ont galopé. Le kilo de viande de bœuf en provenance de Masisi est passé de 1300 à 1700 FC à Bukavu. Un sac de haricot de 100 Kg est passé de 50 dollars US à 100 dollars US et celui de pomme de terre de 70 à 150 dollars US.
A cet effet, la population attend beaucoup de la conférence sur la paix et la sécurité du Nord-Kivu et du Sud-Kivu pour la réouverture des routes et le retour aux activités normales de commerce et de transport.  
 
Les Français de l'Arche de Zoé condamnés à 8 ans de travaux forcés
Kinshasa, 28/12 (ACP).- Les six Français de l'Arche de Zoé ont tous été condamnés mercredi à la même peine de huit ans de travaux forcés par la Cour criminelle de N'Djamena, qui les a jugés coupables d'avoir tenté d'enlever 103 enfants au Tchad, afin de les emmener en France il y a deux mois.
Selon des médias internationaux reçus à Kinshasa jeudi, le président de l'association Eric Breteau, son assistante Emilie Lelouch, les logisticiens Alain Péligat et Dominique Aubry, le médecin Philippe Van Winkelberg et l'infirmière Nadia Merimi ont été reconnus coupables de «tentative d'enlèvement de 103 enfants tendant à compromettre leur état civil et grivèlerie».
Mahamat Dagot, un chef de quartier de Tiné, ville frontalière du Soudan, et Souleïmane Ibrahim Adam, un Soudanais qui a servi d'intermédiaire dans la région d'Adré, autre localité de l'extrême est du Tchad, ont été jugés coupables de «complicité de tentative d'enlèvement d'enfants et, bénéficiant de larges circonstances atténuantes»,ont écopé de quatre ans de prison ferme.
Enfin, le maire et le secrétaire général de la mairie de Tiné, Sinine Amadou Nassour et Ahmat Harane Gnoye, ont été acquittés après avoir été mis hors de cause à la barre par Eric Breteau. Eric Breteau, tout comme Souleïmane Ibrahim Adam, ont également été jugés coupables de «faux et usage de faux en écritures publiques». Les huit coupables ont été condamnés à verser «solidairement» aux familles des 103 enfants un total de 4,12 milliards de francs CFA (6,3 millions d'euros) de dommages et intérêts.
A l'énoncé du verdict par le président de la Cour Ngarhondo Djidé, après trois heures d'attente dans une salle d'audience bondée et à la lumière de néons, les Français ont paru sonnés. L'infirmière Nadia Merimi a fondu en larmes dans les bras de son avocat français, Me Mario Stasi. Les condamnés sont repartis en fourgon cellulaire vers la maison d'arrêt. Main dans la main, Eric Breteau et Emilie Lelouch portaient à nouveau le pantalon de sapeur-pompier et le gilet bleu estampillé Children Rescue, nom de leur opération au Tchad, qu'ils avaient abandonnés le temps du procès.
Les Français avaient été arrêtés le 25 octobre à Abéché, principale ville de l'est tchadien, alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer 103 enfants à bord d'un Boeing-757 afin de les emmener en France, où les attendaient des familles d'accueil. L'opération avait été condamnée par Paris et N'Djamena.
 
La Libye et l’Iran signent des accords de coopération
 
Kinshasa, 28/12 (ACP).- Le Premier vice-président iranien, Parviz Davoudi, et le Premier ministre libyen El-Baghdadi Ali El-Mahmoudi, ont signé mercredi soir à Tripoli dix accords dans les domaines de l’investissement, de l’exploitation des richesses sous-marines, des douanes, de la marine marchande, de la culture, de l’enseignement supérieur et du tourisme, ont rapporté des stations de radio étrangères captées à Kinshasa jeudi.
 
Le vice-président iranien qui a entamé mercredi une visite en Libye, a eu des entretiens avec des hauts responsables libyens sur le renforcement de la coopération bilatérale, mais aussi de la coopération entre l’Iran et le contient africain, ont ajouté ces sources. Au cours d’une conférence de presse conjointe à l’issue de la signature des accords, les deux dirigeants ont indiqué qu’ils avaient eu des échanges fructueux et couronnés de succès. «Nous avons, entre autres, évoqué la situation en Irak et en Palestine», a déclaré le Premier ministre libyen au cours de la conférence de presse.
 
Pour le vice-président iranien, développer les liens avec les musulmans et les pays africains révolutionnaires est une des priorités de la politique étrangère de son pays. Arrivé mercredi après-midi à Tripoli pour une visite de deux jours, Parviz Davoudi était attendu jeudi à Djibouti.
 
L’ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto assassinée
Kinshasa, 28/12 (ACP).- L'ex-Premier ministre pakistanais et leader de l'opposition Benazir Bhutto a été tuée jeudi dans un attentat suicide qui a fait au moins 16 autres morts à l'issue d'un meeting électoral dans la banlieue d'Islamabad, à deux semaines des législatives. C’est ce qu’ont rapporté des stations de radio étrangères captées à Kinshasa jeudi.
"Selon nos informations, elle est décédée, un fragment de la bombe l'a apparemment touchée", a annoncé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Javed Cheema cité par ces sources. Elle avait été transportée blessée à l'hôpital, avait assuré peu avant un responsable de son parti. L'attentat a été perpétré à Rawalpindi, une grande ville qui jouxte la capitale pakistanaise. Immédiatement après le drame, plusieurs corps déchiquetés jonchaient la route, selon un témoin sur place.
Au moins 16 personnes ont été tuées, ont assuré plusieurs officiers de police sur les lieux, avant que ne soit annoncé le décès de Mme Bhutto, ont ajouté ces sources. "Un kamikaze a fait exploser la bombe qu'il portait sur lui, alors que les gens quittaient le meeting", a précisé Javed Cheema.
Les Etats-Unis ont condamné jeudi l'attentat qui, selon des responsables pakistanais, a coûté la vie à l'ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto. La Russie également "condamne fermement" l'attentat suicide qui a coûté jeudi la vie à l'ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto, a déclaré la diplomatie russe citée par les agences russes.
"Nous condamnons fermement cet attentat, présentons nos condoléances aux proches de Benazir Bhutto et espérons que la direction du Pakistan va réussir à prendre les mesures nécessaires pour assurer la stabilité dans le pays", a indiqué le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Mikhaïl Kamynine cité par l'agence Interfax.
Bonne Fête de Nouvel An.
 
Cornelis Nlandu
Rédacteur en chef
 
 

Commenter cet article