Fally Ipupa en concert à Abidjan en février

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

 

 LOGO-CONTINENT.jpg 




Musique

Le prodige Fally Ipupa en concert à Abidjan en février

 

 

La nouvelle star de la musique congolaise moderne, Fally Ipupa, sera en concert live à Abidjan, le 14 février à l'Hôtel Ivoire et le 16 février 2008 au Palais de la Culture pour la "Saint Valentin". Selon le blog Royal Crown Worldwide Business qui l’annonce, les spots publicitaires y afférents sont déjà diffusés sur la 1ère chaîne de télévision et les radios de la capitale ivoirienne.
undefinedLa star congolaise s’était produite en concert la dernière fois en terre ivoirienne le 14 août 2007, faisant la joie des amoureux de la rumba dans un Palais de la Culture d’Abidjan pris d’assaut par près de 6.000 personnes dont certaines assises à même le sol. Parions que cette fois-ci on frisera l’émeute avec la venue du nouveau génie de la musique congolaise.
En effet, selon les analystes, chaque dix ans une star apparaît au firmament de la musique congolaise moderne. En effet, 1960 a vu poindre le père de la musique moderne Joseph Kabasele, alias Kallé Jeef. L’année 1970 sera certainement la plus prolifique, avec l’apparition de la vague jeune conduite par Zaïko Langa Langa composé d’une constellations de vedettes dont Shungu Wembadio, mais aussi par l’Orchestre Bella Bella des Frères Soki, qui engendrera une série de stars dont Emile Soki, Pépé Kallé Yampanya ou Danos Canta Nyboma.
L’année 1980 sera marquée par l’arrivée de Wenge Musica dont émergeront Ngiama Werrason et J.B. Mpiana sur le succès qui avait déserté leur parrain Kester Emeneya. Ils seront suivis en 1990 de l’éclosion de Quartier Latin avec Koffi Olomide, qui va dominer la décennie en compagnie des stars BCBG.

 

L’apparition d’un génie

 

L’année 2000 confirmera les appréhensions des analystes quant à la baisse de qualité dans la musique congolaise. Pour preuve, aucune figure marquante ne naîtra à cette période, pendant laquelle on assistera à certaines tentatives, qui connaîtront toutes un flop retentissant, jusqu’à la deuxième moitié. C’est alors qu’apparaîtra un génie, Fally Ipupa. Est-ce lui le chéneau manquant ? Est-ce ce jeune artiste qui règnera tout au long de ces années à venir jusqu’en 2010 ?
En tout cas si le schéma classique est correct, il faudra miser encore longtemps un cent sur ce jeune prodige, qui a littéralement refait la musique congolaise, avec des mélodies enfin « agréables à l’oreille » et qui tranchent avec la chanson bruyante des années ’90, de surcroît truffée d’interminables litanies de noms étrangers au thème développé. Il se raconte qu’il faut payer cher à cet effet.
Les mélomanes ne se sont pas trompés dès le premier album largué sur le marché par Fally. « Droit chemin », un nom qui sonne telle une prédiction est une berceuse venue pulvériser les pronostics. Les mélomanes tant vieux que jeunes sont enfin réconciliés dans cette œuvre, dont le rythme trace la voix à ce qui sera désormais le canon de la musique congolaise : la notion du beau.

 

La vedette à suivre

 

Le nouveau phénomène de la musique est en train de détrôner tous ces musiciens qui ont fait la pluie et le bon temps depuis les années ‘90 : Koffi Olomide, Werrason et JB Mpiana. La preuve par quatre, écrivait un confrère, lorsque dans une manifestation on met une chanson de Koffi, les dames, peut-être le meilleur thermomètre en la matière, s’empressent de crier : « On l’a trop entendu. Mettez-nous Fally » ! N’est-ce pas tout dit ? Et quand la chanson de Fally commence, c’est presque l’extase : tout le monde se met à fredonner, avec une ferveur de cathédrale.
C’est la vedette à suivre. Fally, c’est aussi cette star qui a su se départir de ces tenues extravagantes que nos artistes exhibaient sur scène faute de savoir jouer à la musique. « Avec Fally, la relève de la musique africaine est assurée », à croire Robert Brazza, animateur vedette d’Africa N°1, qui estime ainsi que Fally Ipupa, alias Di Caprio, représente l’avenir de la musique du contient noir. C’est aussi notre humble avis.

Cornelis Nlandu
Rédacteur en chef, Le Signal du Continent

 

 

Administration et Rédaction : 75, Marius Duchéstraat 1800 Vilvoorde-Belgique – Compte : 000-1779090-13 
 Tél.: + 32 53 41 62 34 – GSM : + 32 496842694 – 485453016 –  e-mail :
lesignalmagazine@yahoo.fr 
Représentation Kinshasa: 54, Avenue Ndala - Kinshasa-Lemba - Tél : + (243) 89 81 34 349
 




Une bonne nouvelle : Vous êtes depuis hier plus de 12.000 personnes à lire notre publication chaque jour. Ce qui constitue une marque d'encouragement. Le Rédacteur en chef
 

Commenter cet article