La RDC récupère une partie de son territoire dans la Province Orientale

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

 LOGO-CONTINENT.jpg 
Administration et Rédaction : 75, Marius Duchéstraat 1800 Vilvoorde-Belgique – Compte : 000-1779090-13 
 Tél.: + 32 53 41 62 34 – GSM : + 32 496842694 – 485453016 –  e-mail :
lesignalmagazine@yahoo.fr 
Représentation Kinshasa: 54, Avenue Ndala - Kinshasa-Lemba - Tél : + (243) 89 81 34 349
  
 
 
 
 
 
Quotidien du jeudi 7 février 2008
 
 
RDC – INFOS NATIONALES

 
La RDC récupère une partie de son territoire dans la Province Orientale
 
Kisangani - La localité congolaise de Kengezi, située dans la collectivité de Kakwa dans le territoire d’Aru, Province Orientale, occupée depuis 10 ans par des sujets soudanais, vient d’être récupérée par voie diplomatique, a-t-on appris mercredi de source digne de foi à Kisangani.
Selon la source, la ratification des accords de récupération de cette partie du territoire congolais a eu lieu dimanche dernier au poste frontière de Kengezi, entre les gouverneurs soudanais de la région Equateur central, le général-major Clément Wani, et congolais de la province Orientale, Médard Autsai Asenga, en présence du président de l’Assemblée provinciale (RDC), Léon Bosango, de quelques députés nationaux et provinciaux, ressortissants du territoire ainsi que de plusieurs autres personnalités.
undefinedLes deux délégations se sont ensuite rendues à Kaya (Soudan), où elles se sont engagées à respecter l’intégrité territoriale de leurs pays respectifs et à observer les frontières communes telles que fixées par les colonisateurs.
C’est suite aux affrontements, le 24 janvier dernier entre les éléments des FARDC basés à Kengezi et ceux de SPLA (Soudan), qu’une délégation congolaise s’est rendue à Kaya pour rencontrer les autorités soudanaises de la région Equateur central. La rencontre a abouti à la ratification des accords ayant permis la récupération d’une partie de la RDC longtemps occupée.
 
Coopération entre la DGM de la RDC et l’Office des étrangers de Belgique
 
Kinshasa - La coopération entre la Direction générale de migration (DGM) et l’Office des étrangers du Royaume de Belgique va se poursuivre dans différents aspects liés à la formation, aux infrastructures et autres, a fait savoir mercredi à Kinshasa, M. Freddy Roosemont, directeur général de cette institution belge.
A l’issue de l’audience que le ministre d’Etat à l’Intérieur, à la décentralisation et sécurité, Denis Kalume Numbi, a accordée à une délégation de cet office en mission de travail en RDC, M. Roosemont a relevé qu’il y a des projets qui courent entre les deux parties, avec des fonds européens et belges dont il n’a pas révélé les détails.
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), rappelle-t-on, a reçu du gouvernement japonais 3 millions de dollars pour un programme de création des centres de réception des combattants des groupes armés au Nord-Kivu et au Sud-Kivu.
La délégation belge qui est en RDC depuis une semaine s’était rendue à Lubumbashi, au Katanga et à la frontière zambienne. Elle a également visité les frontières de Kinshasa au Beach Ngobila et à l’Aéroport international de N’Djili.
La délégation était conduite auprès de M. Denis Kalume par le directeur général de la DGM, Jean-Pierre Ondekane, ainsi que par l’ambassadeur de la RDC à Bruxelles, Jean-Pierre Mutamba.
 
Le bilan du tremblement de terre à Bukavu revu à la hausse
 
Bukavu - Neuf (9) personnes ont trouvé la mort dans le violent tremblement de terre qui a secoué dimanche le Sud du Lac Kivu, notamment à Bukavu et ses environs. 5 morts et 175 blessés ont été dénombrés dimanche et un millier de maisons écroulées à travers les 3 communes de la ville de Bukavu.
Dans la nuit de mardi à mercredi, il s’est produit un séisme de faible intensité qui n’a pas causé de dégâts. La population sinistrée vit encore dans l’attente de la distribution des tentes promises par la délégation gouvernementale à Bukavu.
 
Installation des appareils de détection des tremblements de terre au Sud-Kivu
 
Cinq (5) appareils d’enregistrement des tremblements de terre ont été installés mercredi dans la ville de Bukavu et ses environs par l’Observatoire volcanologique de Goma, a-t-on constaté. Selon le professeur Wafula, les données qui seront fournies par ces appareils, hypersensibles au mouvement sismique, vont renseigner et orienter les scientifiques sur le message à adresser à la population en cas des séismes imminents.
Selon l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG), le séisme a eu pour épicentre la région de Birava, à 20 km au Nord de la ville de Bukavu. Selon Dieudonné Wafula Mifundu, responsable scientifique de l’OVG et volcanologue, la magnitude de ce tremblement de terre est supérieure à 6(six) sur l’échelle de Richter et a eu lieu à 7h 34’ temps universel (9h34’ heure locale).
Le tremblement de terre a été d’une magnetude encore très élevée après l’éruption volcanique du 17 janvier 1992 du Nyiragongo, un volcan de la chaîne des Virunga à Goma, au Nord-Kivu.
Dans un message de compassion qu’il a adressé à la population- sœur du Sud-Kivu, le gouverneur du Nord-Kivu, M. Julien Paluku, a condamné l’Union européenne qui a interrompu son appui depuis juin 2007 à l’Observatoire volcanologique de Goma.
 
De nouveaux déplacements des populations au Nord-Kivu et au Kasaï 
 
UNHCR-refugies.jpgKinshasa - La section des affaires civiles de la MONUC/Goma a signalé mercredi de nouveaux déplacements des populations à destination de Bunagana et Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, suite aux deniers accrochages dans le territoire de Rutshuru, entre le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Nkundabatware, des groupes d’autodéfense Maï-Maï et des factions des forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).
Selon la source, le Kasaï Occidental a enregistré à Tshikapa et à Kamako la présence de 24.500 citoyens congolais récemment expulsés d’Angola, dont 12.500 dans la première localité et 12.000 à Kananga.
La section des affaires civiles de la MONUC a dernièrement pris part à la réunion organisée par le ministère du plan, en présence des représentants de 11 pays donateurs et organisations internationales. Les discussions ont porté sur la possibilité de créer un cadre de concertation entre la société civile et le gouvernement en vue de faciliter la tenue des forums préparatoires aux retours et à la prise en charge des déplacés et des réfugiés.
 
Vers l’implantation du système vidéo numérique en RDC
 
Kinshasa - Le ministre de la Communication et des médias, Emile Bongeli, s’est entretenu, mercredi, avec une délégation israélienne, conduite par M. Ariel Shukroum, directeur à Scorpus vidéo netwoks tol, venu prospecter le marché et proposer des solutions pour l’implantation du système vidéo numérique en RDC.
M. Shukroum a précisé que son entreprise va intervenir particulièrement dans le domaine de la Télévision numérique terrestre (TNT). Le coût estimatif de ce projet, a-t-il relevé, est fonction des besoins qui seront exprimés par la RDC.
C’est dans l’échéance d’un mois que le coût pourrait être connu pour la faisabilité du projet. C’est depuis 20 ans que Scorpus vidéo networks, basé en Israël, est opérationnel dans le domaine de la vidéo numérique.
 
 
PROVINCES
 
Inondations à Lubumbashi : 2 morts et plusieurs maisons écroulées à Katuba
 
salongo-bimsum.JPGLubumbashi - La pluie diluvienne tombée dans la nuit de samedi à dimanche dernier a provoqué des inondations dans plusieurs quartiers de la commune de Katuba à Lubumbashi, faisant deux morts, un enfant de 10 ans et un adulte, et causant l’écroulement de plusieurs maisons, selon une dépêche reçue mercredi. La rivière Lubumbashi qui a absorbé toutes les eaux des ruisseaux et affluents n’a pu les contenir, provoquant ainsi le débordement des eaux, qui ont englouti plusieurs maisons avoisinantes.
La commune de Katuba a été coupée du reste de la ville, car toutes les artères y menant étaient inondées, les eaux s’élevant à un mètre du sol sur toutes les routes. M. Yav Tshibal, vice-gouverneur du Katanga, qui s’est rendu sur les lieux, a déploré le déluge qui ne s’est jamais manifesté avec une telle ampleur depuis plus de 28 ans. C’était un peu tard dans la soirée de dimanche que les eaux ont libéré les routes permettant ainsi la circulation normale des véhicules et des piétons.
 
Création en RDC de la Fondation Frère Adrien Baptist
 
Kinshasa - Les membres de l’Association des anciens élèves des écoles des frères chrétiennes (ASSANEF) section de Ngombe-Matadi dans le district des Cataractes, au Bas-Congo, viennent de décider de créer la Fondation Frère Adrien Baptist (FONFAB) en mémoire de ce missionnaire catholique, au cours d’une assemblée constituante tenue récemment à Kinshasa.
Le président de l’ASSANEF Ngombe-Matadi, le pasteur Lucien Luntadila Ndala Zafua, qui a annoncé la nouvelle mercredi, a précisé que la fondation a pour but de pérenniser la mémoire du frère Baptist pour l’œuvre évangélique et éducative qu’il a réalisée, à l’époque coloniale, en faveur de la jeunesse de la province du Bas-Congo en général et de la localité de Bangu en particulier.
Cette pérennisation se fera à travers un programme d’action visant la réhabilitation des infrastructures scolaires et les œuvres sociales et médicales léguées par les frères des Ecoles chrétiennes dont feu Adrien Baptist avait été l’initiateur.
FONFAB, a ajouté son président, s’est en outre assignée entre autres missions la lutte contre la pauvreté et l’exode rural en menant des actions à caractère socio-économique visant l’amélioration des conditions de vie de la population locale.
Frère Adrien Baptist, rappelle-t-on, était de nationalité belge et a été inspecteur des écoles chrétiennes dans le secteur de Bangu où il a consacré quarante-trois ans à l’éducation de la jeunesse sans oublier sa bravoure dans l’accomplissement de son devoir de missionnaire.
 
 
ECONOMIE
 
La ministre du Portefeuille en mission auprès des entreprises à Mbuji-Mayi
 
Mbuji-Mayi - La ministre du Portefeuille, Mme Jeannine Mabunda Lioko, est arrivée mercredi à Mbui-Mayi, au Kasaï Oriental, en mission officielle auprès des entreprises publiques. Elle a été accueillie à l’aéroport de Bipemba par le ministre provincial de l’Intérieur, Lazare Cipinda, le président administrateur délégué de la MIBA, Kabongo Fuila, et par une foule de militantes et militants du PPRD.
Aucune déclaration n’a été faite à la presse sur l’objet de sa mission ni sur la durée de son séjour kasaien. Les observateurs pensent néanmoins qu’elle s’entretiendra avec les responsables de la Société Minière de Bakwanga « MIBA » confrontée à de sérieuses difficultés de fonctionnement et de non-paiement des salaires depuis près de 10 mois. La population est-kasaienne attend avec impatience la signature d’un accord de partenariat avec la Chine pour relancer les activités de la MIBA.
MiningEquipment.jpgOn croit savoir aussi que la ministre du Portefeuille aura à évoquer avec l’autorité provinciale les questions liées à la reprise des activités de la SENGAMINE (Société Minière de Senga-Senga) à Boya, dans le territoire de Miabi.
 
Rareté de pierres précieuses dans la carrière de diamant à Kitadi
 
Bandundu - La carrière d’exploitation artisanale du diamant dénommée « Kitadi », à Bandundu, n’est plus opérationnelle depuis la mi-janvier des suites de la rareté de cette matière précieuse que recherchaient déjà des dizaines d’exploitants artisanaux venus de tous bords, a-t-on constaté.
Cette carrière qui est située au port SEP Congo de la ville de Bandundu, à la rive gauche de la rivière Kwilu, donnait une production suffisante au début et était ouverte officiellement en décembre dernier par le ministre provincial en charge des Mines, M. Hubert Thetika.
Des notables avisés attribuent la perte brusque des diamants dans cette carrière par un conflit de pouvoir coutumier. Ils expliquent que les cérémonies coutumières inaugurales étaient présidées tour à tour par M.M. Emile Ngaka et Rodric Nsuka qui se disputent depuis plusieurs années le leadership de la chefferie coutumière de la contrée où est située la ville de Bandundu.
La plupart des exploitants artisanaux de diamant fustigent ce conflit coutumier qui, indiquent-ils, est à la base de la sécheresse et de la décadence de cette carrière où le diamant est introuvable depuis que M. Nsuka avait procédé à une deuxième cérémonie inaugurale, en se faisant passer pour le chef coutumier de la ville de Bandundu.
«Comme l’argent, le diamant n’aime pas le bruit de conflit coutumier », a souligné l’un d’eux. M. Emile Ngaka, chef coutumier en exercice, est de tribu Borna tandis que M. Rodric Nsuka, rival et prétendant chef de terre où est située la ville de Bandundu, est Yansi.
 
Création d’un conseil provincial d’entretien routier au Bas-Congo
 
Matadi - Le conseil hebdomadaire des ministres provinciaux du Bas-Congo réuni dernièrement à la résidence officielle du gouverneur de province à Matadi, sous la direction de ce dernier, a adopté le projet d’arrêté portant création, organisation et fonctionnement du Conseil provincial de réhabilitation et d’entretien routier, selon une dépêche parvenue mercredi.
Le ministre de la Justice, droits humains, information et presse et porte-parole du gouvernement, Dieudonné Pambu Ntima, qui l’a annoncé dans son compte rendu à la presse, n’a donné aucun autre détail concernant notamment la source des fonds y afférents ou encore l’identité des animateurs de cette nouvelle structure. Par ailleurs, a poursuivi le ministre, son collègue de la Santé a informé le conseil de la réception par le PNMLS (Programme national multisectoriel de lutte contre le Vih/sida), coordination du Bas-Congo, d’un lot de 1.099 kg d’anti-rétroviraux.
L’arrivage de ces anti-rétroviraux annoncés il y a quelques jours et qui intervient après deux mois de rupture des stocks, a été accueilli avec soulagement par les PVV (Personnes vivant avec le Vih/sida) du Bas-Congo, rappelle-t-on.
En ce qui concerne la prime de risque professionnel des médecins, elle sera payée selon les critères fixés par le syndicat des médecins, a indiqué le porte-parole du gouvernement dans son compte rendu.
 
 
AFRIQUE
 
La situation au Tchad et au Kenya au Conseil de paix de l’UA
 
Kinshasa - Des consultations informelles sur le développement de la situation au Tchad et au Kenya ont eu lieu au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), à la lumière des décisions prises par le sommet de l'UA qui vient de se terminer dans la capitale éthiopienne. Le Conseil a été informé par le commissaire pour la paix et la sécurité de la situation dans les deux pays, ont annoncé des médias.
Le Conseil a réitéré son rejet de tout changement inconstitutionnel et a salué l'envoi de hauts officiels, y compris militaires, par la République du Congo et la Libye au Tchad. Lors du sommet de l'UA à Addis-Abeba, le Président congolais Denis Sassou Nguesso et le leader libyen Mouammar Kadhafi ont été mandatés pour persuader les parties belligérantes tchadiennes d'arrêter les hostilités et de trouver une solution durable à la crise actuelle. 
A propos du Kenya, le Conseil de paix et de sécurité s'est félicité de la décision des pays de l'Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD) d'envoyer une délégation ministérielle au Kenya pour apporter l'appui aux efforts de médiation entrepris par l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan. Le Conseil a invité les parties kenyanes à mettre fin aux violences et à créer des conditions pour le dialogue.
 
Impact économique de la crise politique au Kenya
 
L’ancien secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan, médiateur dans les négociations de paix visant la fin de la crise engendrée par la contestation du résultat de l’élection présidentielle au Kenya, a évoqué mardi l’impact de cette crise sur l’économie du pays.
« Il est de notre responsabilité à tous de sortir le Kenya du gouffre. Aucune société ne peut rester prospère sans règles de droit ni droits de l’homme. Dites à vos dirigeants que vous voulez la paix et la stabilité. Ne vous taisez pas », a dit Annan à Nairobi pendant une réunion de 300 hommes d’affaires influents dont les entreprises représentent près de 80% du PIB du Kenya.
Le PDG de Safaricom, Michael Joseph, a averti les dirigeants politiques qu’il ne pourrait y avoir de pays à gouverner ni d’entreprise à taxer s’ils ne faisaient rien pour la paix et la stabilité au Kenya.
 
Prochain accord sur le statut de la Mission de l'ONU au Darfour
 
Kinshasa - La Mission de l'ONU pourrait signer cette semaine un accord qui définit ses relations avec le gouvernement soudanais. "Les contributeurs à l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD) doivent accélérer leurs préparatifs. Nous avons besoin des troupes sur le théâtre d'opérations dès que possible", a déclaré le secrétaire général de l’ONU. 
Il a par ailleurs affirmé que la MINUAD était toujours privée d’équipements aériens et de transport, en particulier des hélicoptères. "Des troupes additionnelles ne compenseront pas ce déficit", a- t-il insisté, ajoutant que "les pays qui ont appelé à une intervention au Darfour ont une responsabilité particulière de donner suite à leurs promesses".
Ban Ki-moon a rappelé avoir discuté de la situation au Darfour avec le Président Omar el-Béchir du Soudan, en marge du Sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba. "Nous faisons de bons progrès sur l'Accord sur le statut des forces", a-t-il rapporté avant de concéder que "la MINUAD ne pourra être efficace qu'à la mesure du processus politique qu'elle a le mandat de soutenir".
 
Prolongation des sanctions américaines contre trois Ivoiriens
 
Kinshasa - Le Président américain George W. Bush a prolongé mardi d'un an les sanctions contre trois responsables ivoiriens accusés d'entretenir la violence dans leur pays et de ne pas respecter les lois internationales, indique un communiqué de la Maison Blanche repris mercredi par la presse internationale.
Imposés pour la première fois le 7 février 2006, les gels d'actifs sous juridiction américaine visent Charles Blé Goudé, Eugène Djué et Martin Kouakou Fofié. MM. Blé Goudé et Djué sont les leaders des "patriotes", partisans du Président Laurent Gbagbo et accusés d'être à l'origine de violences contre des installations de la Mission de l'Onu en Côte d'Ivoire. M. Fofié est un responsable des Forces nouvelles, opposées aux "patriotes" pendant les cinq ans de conflit.
"Bien que des progrès considérables aient été accomplis dans la mise en oeuvre de l'accord de paix, la situation en Côte d'Ivoire est toujours une importante et permanente menace pour la sécurité nationale et la politique étrangère des Etats-Unis", a estimé le Président Bush cité par la Maison Blanche.
La Côte d'Ivoire a entamé un processus de paix avec la signature en mars 2007 d'un accord entre le Président Laurent Gbagbo et ses anciens ennemis de la rébellion des Forces nouvelles, qui avaient pris le contrôle du Nord du pays en septembre 2002.
 
 
SPORTS
 
La Côte d’Ivoire vers un deuxième sacre à la CAN 2008 ?
 
undefinedKinshasa - La Côte d’Ivoire s’avance-t-elle vers un deuxième titre (après celui conquis en 1992) à la 26ème Coupe d’Afrique des Nations de football Ghana 2008 ? L’on est tenté de l’affirmer au vu du parcours élogieux réalisé par les « Eléphants » depuis le soir du lundi 21 janvier 2008, jour où Salomon Kalou offrait une précieuse victoire (1-0) au pays de Laurent Gbagbo, grâce à une percée individuelle dans la défense des « Super Eagles » du Nigeria.
Depuis, le capitaine Didier Drogba (Photo) et ses coéquipiers ne manquent pas leur cible au point d’atomiser, tour à tour les « Ecureuils » du Bénin (4-1) et les « Aigles » du Mali (3-1) au premier tour, ainsi que le « Sily national » de la Guinée (8-0) en quarts de finale. Cette performance est le fruit de la solidarité défensive, de l’efficacité offensive et de la complémentarité d’un effectif de rêve et de choc tissé à partir de l’académie montée à Abidjan pour le compte du club Asec Mimosas par le Français Jean-Guillou.
Combien de fois n’a-t-on pas vu Didier Drogba et Abdulkader Keita aller à la rescousse de leur défense chaque fois que le besoin s’en faisait sentir ? 13 buts à leur actif en quatre rencontres, contre un au passif concédé contre le Bénin, constituent la preuve que la machine ivoirienne tourne à plein régime et parait prête à relever le défi et à venger la finale perdue contre l’Egypte, en 2006 au Caire.
 
Attention, de la revanche en l’air
 
Le sort a arrangé un autre match Côte d’Ivoire-Egypte jeudi au stade Baba Yara Sports à Kumasi, en demi-finale. Laquelle étape se jouera sous le signe de la revanche, car les « Pharaons » l’avaient emporté sur le fil aux tirs au but 2-4 (0-0) à l’issue du temps réglementaire et de la prolongation.
Vainqueurs de l’Angola (1-2) en quarts de finale, sur des réalisations chanceuses de Hosny Abd (23ème sur penalty) et Amr Zaki (38ème), les tenants du trophée (cinq à leur palmarès) doivent se tenir sur leurs gardes face aux pachydermes ivoiriens.
L’autre demi-finale mettra aux prises le Ghana et le Cameroun, le même jour au stade Ohene Djan Sports à Accra. Face à face deux équipes parmi les plus auréolées du continent, quatre titres chacune. Deux équipes dont les parcours dans cette phase finale ne se ressemblent pas.
Le Ghana, pays organisateur avec ses « Black Stars », dont la prestation tarde encore à convaincre les esprits, s’est imposé non sans accrocs en groupe A, sur la Guinée (2-1), la Namibie (1-0) et le Maroc (2-0), avant de gagner de nouveau à l’arraché (2-1) devant une équipe de « Super Eagles » du Nigeria qui n’a pas fait honneur à sa légende au tournoi ghanéen.
Pour leur part, revenus à leur hauteur après les convulsions du premier match contre les « Pharaons » d’Egypte 2-4), les « Lions indomptables » du Cameroun se sont beaucoup améliorés en dépit de quelques failles décelées dans leurs lignes arrières. Conscients de leurs responsabilités les fauves camerounais s’emploieront pour continuer sur la même lancée afin d’étendre les ambitions des « Etoiles noires » à l’instar des « Aigles de Carthage » battus 3-2.
 
Le Signal du Continent/ACP
 

Commenter cet article