Menace d’expulsions massives des ressortissants français du Gabon

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa






Quotidien du jeudi 6 mars 2008 


Afrique-Diplomatie

"Beaucoup de Français" vivant au Gabon pourraient être reconduits à la frontière
 
Kinshasa - "Beaucoup de Français" en situation irrégulière au Gabon pourraient être reconduits aux frontières, a affirmé mercredi le ministre gabonais de l'Intérieur, en réaction à la reconduite par la France dans leur pays de deux Gabonais en février. "Il y a beaucoup de Français en situation irrégulière au Gabon. Ils pourront être reconduits à la frontière si, au cours d'un contrôle de police, ils ne justifient pas la détention d’une carte de séjour", a affirmé le ministre de l'Intérieur André Mba Obame, cité par les médias.
Il a regretté que les "services français" n'aient pas "avisé les services" consulaires gabonais en France lors de la reconduite de ses deux compatriotes. Selon le ministre, "5 à 10%" des Français installés au Gabon ne seraient pas en règle avec la réglementation de ce pays et pourraient ainsi pâtir de cette mesure de rétorsion. La communauté française au Gabon est estimée à environ 10.000 personnes contre 7.000 Gabonais en France.

RDC 
Le sommet de la CEEAC sur le Tchad convoqué pour lundi à Kinshasa
 
Kinshasa - Le sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la CEEAC (Communauté économique des Etats d’Afrique centrale) sur la situation au Tchad est convoqué à Kinshasa pour lundi 10 mars 2008. Selon une source diplomatique congolaise qui l’a annoncé mercredi, le sommet procèdera à une évaluation de la situation politique et sécuritaire au Tchad, conformément au vœu exprimé par le président congolais et président en exercice de la CEEAC, Joseph Kabila Kabange.
La convocation de ce sommet à Kinshasa, rappelle-t-on, était inscrite à l’ordre du jour dans les messages respectifs du Chef de l’Etat congolais à ses collègues que le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Antipas Mbusa Nyamwisi, avait apportés aux Etats membres. Il s’est dégagé une unanimité sur sa vision susceptible de ramener la paix au Tchad et, partant, dans toute la sous-région d’Afrique centrale.
 
Convocation à Kinshasa du congrès ordinaire de l’UNPC
 
Kinshasa - Le congrès ordinaire de l’Union de la presse du Congo (UNPC) est convoqué du 10 au 12 juin prochain à Kinshasa, conformément aux articles 16, 18, 27 et 29 des statuts et 7, 8, 9, 10 du règlement intérieur régissant cette corporation, annonce mercredi un document de l’UNPC.
Le document précise qu’outre le comité directeur, les commissions et le collège des commissaires aux comptes, les associations et groupements spécialisés ainsi que les sections provinciales seront représentés au congrès par deux délégués au moins. La source renseigne que pour être recevable, la candidature doit être envoyée au secrétariat général de l’union un mois avant la tenue du congrès, par toutes les voies possibles, avec accusé de réception.
 
 
PROVINCES
 
L’Hôtel de ville de Kinshasa au secours des sinistrés de Ngaliema et Selembao
 
Kinshasa - Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a remis mercredi quarante mille dollars américains pour assistance aux familles victimes des érosions de la dernière pluie diluvienne dans certains quartiers des communes de Ngaliema et de Selembao, soit la moitié de la somme à chaque municipalité.
Il s’agit des habitants des quartiers Ozone et UPN dans la commune de Ngaliema, et d’un quartier de Selembao représenté à cette occasion par les membres de leur comité de base, les deux bourgmestres et leurs députés provinciaux. Cette somme, a dit le gouverneur, permettra aux bénéficiaires d’entreprendre des travaux préliminaires sur les sites, en attendant les grands travaux pour lesquels le gouvernement central a déjà pris des dispositions utiles.
 
Révision à la baisse des tarifs à l’Hôpital chinois de N’Djili
 
Kinshasa - Une révision à la baisse des tarifs vient d’être décidée à l’Hôpital de l’amitié sino-congolaise à N’Djili, a affirmé mercredi à Kinshasa le médecin-directeur, Dr Joseph Natiti. Selon lui, une commission est mise en place pour revoir à la baisse de la tarification des soins de santé dans cette formation médicale, en réponse aux doléances de la population de Tshangu (N’Djili, Masina, Kimbanseke, Nsele…) qui se plaint que, depuis l’inauguration de l’hôpital, elle constate que les gagne-petits n’en profitent pas.
Le Dr Natite a interpellé cette population pour lui faire comprendre que la santé n’a pas de prix. Il a constaté que les gens préfèrent beaucoup dépenser lors des funérailles d’une personne que lorsqu’elle est malade. Le médecin directeur a affirmé que son hôpital accueille des indigents qui ne paient rien après avoir été soignés, ce qui constitue un manque à gagner.
Selon lui, il existe un projet qui consiste à faire de cet établissement un hôpital tertiaire, c’est-à-dire un hôpital de haut niveau où l’on administrera les soins de qualité toutes spécialités. Les soins de qualité y seront dispensés et cela permettra aux Congolais de ne plus aller à l’extérieur du pays pour se faire soigner. Il y a dans cet hôpital le personnel soignant congolais, mais aussi des Chinois tel que le chef de la mission médicale chinoise, un chirurgien et un dentiste. Les services d’acupuncture y fonctionnent également. D’ici deux à trois semaines, un pédiatre, un interniste, un radiologue et un laborantin chinois viendront s’ajouter au personnel de l’hôpital.
 
Douze personnes tuées par la foudre à Lwiza
 
Kananga - Douze (12) personnes au total dont trois (3) femmes et deux (2) enfants ont été tuées, dernièrement, au même moment à des endroits différents, par la foudre consécutive à une pluie torrentielle qui s’est abattue récemment sur la cité de Lwiza, chef-lieu du territoire du même nom, situé à plus de 200 km de Kananga, au Kasaï Occidental, ont annoncé des voyageurs en provenance de la contrée.
Les sources administratives locales ont également fait état de plusieurs maisons endommagées à cette occasion. Les croyances du milieu attribuent ce drame au vol d’un canard d’autrui par un cultivateur qui a partagé la chair avec les victimes invitées pour l’aider à défricher, son champ conformément aux pratiques de la contrée.
Des champs de manioc et les grainiers ont été détruits aussi par la même pluie, affirme-t-on. Quelques jours auparavant, le propriétaire du canard, sillonnait les artères de la cité de Lwiza, prévenant les voleurs de sa détermination d’en finir avec eux au cas où son bien ne lui était pas restitué dans un bref délai.
 
Le tarif le plus bas du transport en commun à Kinshasa : 50 FC
 
Kinshasa - Le tarif le plus bas du transport en commun à Kinshasa revient à cinquante francs congolais (50 FC), appliqué au tronçon Manzengele–Rond point Ngaba, sur l’avenue de l’Université dans la commune de Ngaba. La réduction de ce tarif sur ce parcours se justifie par la reduction du parcours consecutive à la dégradation d’une bonne partie de l’avenue de l’Université, ne permettant plus aux véhicules d’atteindre directement le Rond- point Ngaba.
Au niveau de l’arrêt Manzengele, situé à trois cents mètres du Rond- point Ngaba, une mare est née et les véhicules qui prennent le risque de la traverser s’enlisent dans le bourbier. L’avenue de l’Université étant coupée, les conducteurs des taxis-bus ont créé la ligne la plus courte en termes de trajet, avec ce tarif le plus bas.
 
Cinq creuseurs clandestins de diamant tués dans un éboulement
 
Mbuji-Mayi - Cinq creuseurs clandestins du diamant, opérant au polygone privé de la MIBA à Mbuji-Mayi ont été tués dans un éboulement de terre et sept policiers des mines blessés par des balles perdues tirées par des bandits armés appelés « suicidaires ».
Le bilan provisoire a été établi lundi dernier par les services de sécurité qui ont effectué une descente dans la concession MIBA, dans sa partie appelée B 4, située à une dizaine de mètres du groupement de Bakwa-Tshimuna, territoire de Lupatapata, où les « suicidaires » ont échangé des tirs avec les éléments de la Police des mines basés dans la même concession, indiquent des magistrats qui ont mené l’enquête.
Des bandits armés, qui avaient découvert des graviers riches en diamant industriel, ont fait appel à leurs collègues de Mbuji-Mayi, pour déloger les éléments de la PNC qui montaient la garde. Un différend qui les opposait a créé une tension ayant provoqué un échange des tirs entre eux et provoqué la mort de deux des leurs avant de repousser les éléments de la police des mines qui étaient moins nombreux, provoquant ainsi l’éboulement des terres qui a surpris plusieurs dizaines de creuseurs qui étaient dans une galerie souterraine créée à cet endroit, note-t-on.
Des sources concordantes parlent, elles, de trente-sept corps qui seraient déterrés. Ce qui pourrait revoir le bilan définitif à la hausse.
 
 
ECONOMIE
 
Vers l’exportation du courant électrique aux Etats membres de la SADC
 
Kinshasa - La République démocratique du Congo (RDC) desservira en courant électrique les pays membres de l’Afrique australe (SADC), a indiqué maître Kabukapua Bitangila, ministre des Affaires foncières qui a précisé que ce courant sera soutiré d’une centrale qui partira de Fungurume, dans le Lualaba, au Nord de la province du Katanga. Alors même que la RDC est elle-même largement sous-éclairée et qu’y a été instauré un curieux système de « délestage » consistant à distribuer de l’électricité aux menages à tour de rôle pour quelques heurs par jour.
L’exportation du courant électrique implique la création d’un couloir dit de « servitude » d’où passera la ligne à haute tension Fungurume-Kasumbalesa près de la frontière zambienne. C’est ce qui a motivé le déplacement officiel du ministre des Affaires foncières qui a procédé, à Fungurume, à la pose de la première borne pour marquer l’inauguration des travaux dudit couloir qui va transiter par la ville de Likasi.
Dans cette dernière ville, le ministre Edouard Kabukapua a examiné avec les responsables des circonscriptions foncières de la place les conséquences qu’entraînera l’établissement dudit couloir, notamment les déplacements de certains villages qui doivent être relogés ailleurs. Le séjour du ministre des Affaires foncières au Katanga avait également pour but de faire un état des lieux de la situation foncière dans cette partie du pays et plus particulièrement dans la ville de Lubumbashi afin d’y mettre de l’ordre.
 
Séquestré par les « Brigades des martyrs », comme les makesa de BDK
 
A une question de la presse sur l’incident qui a caractérisé les deux premiers jours de son arrivée à Lubumbashi où il a été séquestré par une bande de la jeunesse dite « Brigade de Martyr » qu’entretien le président de l’Assemblée provinciale du Katanga, M. Gabriel Kyungu wa Kumwanza, dissident de l’UNAFEC, le ministre Kapukabua l’a qualifié d’obstacle de parcours avant d’ajouter que «  la force à la loi et l’autorité est à l’Etat », et d’ajouter que personne ne détient « le certificat d’enregistrement de la province du Katanga » pour l’empêcher d’y séjourner.
Mais contrairement à la militarisation qu’a connue la Province du Bas-Congo à la suite d’incidents à Luozi et Seke-Banza, aucune action n’a été annoncée par Kinshasa contre le Katanga, où les incidents avaient également gagné Likasi où des commerces ont été pillés par les mêmes groupes de jeunes de l’Unafec. A croire qu’il s’agit de deux pays différents, ou d’un seul mais où certains peuples serainet « plus égaux que d’autres » devant Kinshasa
 
Plus de vingt millions de dollars pour l’exploration minière au Sud-Kivu
 
Bukavu - Plus de vingt millions de dollars américains sont disponibilisés par l’entreprise sud-africaine d’exploitation minière « TRANSAFRICAN » pour la phase d’exploration minière au Sud-Kivu. M. Thomas Nziratimana, responsable des relations extérieures et chef de mission de cette entreprise sud-africaine, l’a déclaré mercredi à l’issue de l’audience accordée par M. Bernard Watunakanza Banamwezi, vice-gouverneur et gouverneur ad intérim du Sud-Kivu, à la délégation sud-africaine.
Celle-ci a informé l’exécutif provincial de l’installation du bureau de sa société à Bukavu et dont les activités d’exploration et d’exploitation seront exécutées dans les territoires de Mwenga et de Fizi.
M. Nziratimana a profité de l’occasion pour présenter au vice-gouverneur le responsable de « TRANSAFRICAN » au Sud-Kivu, M. Ignace Mpupira Mambo Sengi, avant d’ajouter que son entreprise, opérationnelle à Bukavu depuis février 2008, sera bénéfique à la population du Sud-Kivu dans la réalisation de certaines actions de développement à impact rapide dans la vie de la communauté.
MM. Thomas Nziratimana et Ignace Mupira ont assumé les fonctions de vice-gouverneur du Sud-Kivu respectivement au règne du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et à la période de la transition, rappelle-t-on.
 
 
AFRIQUE
 
Deux journalistes condamnés à 2 mois de prison en Algérie
 
Kinshasa - La Cour d'appel de Jijel, dans l'Est de l'Algérie, a confirmé mardi la condamnation à deux mois de prison ferme, pour diffamation et injures, de deux journalistes, le directeur et un chroniqueur du quotidien indépendant El Watan, Omar Belhouchet et Chawki Amari Zoubeir Soudani. L'avocat du quotidien, de langue française, a annoncé mercredi qu'il allait interjeter l’appel auprès de la Cour suprême pour contester le jugement.
"La décision est non seulement injustifiable, mais surtout excessive", a déclaré Me Soudan. La Cour d'appel a également confirmé l'amende d'un million de dinars (près de 10.000 euros) que doivent payer solidairement les accusés. Les deux journalistes restent en liberté, en attendant que la Cour suprême se prononce. Dans un communiqué transmis au journal, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) se dit "inquiète au plus haut point de la lourde condamnation." La plainte avait été déposée par le wali (préfet) de Jijel après la publication d'une chronique en juin 2006 dans El Watan.
 
Découverte du corps du soldat français disparu au Soudan
 
Kinshasa - Un corps, vraisemblablement celui du soldat français de l'Eufor porté disparu lundi au Soudan, près de la frontière du Tchad, a été retrouvé mercredi matin par les autorités soudanaises, a annoncé le quartier général de la Force européenne au Tchad. "Les procédures d'identification et de restitution de la dépouille mortelle sont en cours", a précisé un communiqué du QG de l’Eufor.
Le sergent des forces spéciales françaises relevant de la Force européenne chargée de sécuriser l'Est du Tchad et le Nord-Est de Centrafrique, a été tué lors d'un accrochage avec l'armée soudanaise, qui a fait également un blessé léger dans les rangs des militaires français.
Le Soudan a affirmé que des soldats "blancs" ont franchi deux fois la frontière non balisée entre le Sud-Est du Tchad et le Darfour, déclenchant l'affrontement avec l'armée soudanaise et causant également la mort de deux Soudanais, un militaire et un civil. Le commandant de l'Eufor a exprimé ses "regrets", affirmant que le véhicule avait traversé "par inadvertance" la frontière, alors que, selon le Soudan, il s'agissait d'un acte délibéré. L'incident s'est produit dans la région de Tissi, zone à la confluence du Soudan, de la République centrafricaine et du Tchad.
 
Le Signal du Continent/ACP
 

Commenter cet article