La Communauté Ne Kongo de Belgique condamne la dérive de Bundu dia Kongo mais aussi l’usage disproportionné de la force

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

La Communauté Ne Kongo de Belgique condamne la dérive de Bundu dia Kongo mais aussi l’usage disproportionné de la force

Bruxelles - Les ressortissants du Bas-Congo (les Ne Kongo) en République démocratique du Congo, établis en Belgique, ont fermement réagi aux événements du 28, 29 février et 1er mars 2008 survenus dans leur province et qui ont fait 22 morts à la suite des échauffourées entre les adeptes du mouvement politico-religieux "Bundu dia Kongo" et les forces de l’ordre envoyés en renforts de Kinshasa.
undefinedDans un communiqué remis le week-end à la presse, les Ne-Kongo de Belgique, qui condamnent la violence d’où qu’elle vienne, appellent les fidèles de « Bundu dia Kongo » à éviter toute radicalisation qui serait contraire aux idéaux de leur mouvement, mais aussi ils déplorent l’usage disproportionné de la force dont ont fait usage les autorités congolaises ainsi que les exactions envers la population civile sous la forme d'extorsions, de pillages et d'incendies des habitations dont se sont rendues coupables les agents commis à rétablir l’ordre.
Le Dr Mbela (à gauche), président de la Communauté ne-Kongo de Belgique

Cette communauté exige le retour immédiat au calme de même que le retrait du dispositif militaire déployé à travers la province, soulignant que le nouvel accès de violence ne peut manquer de raviver le souvenir douloureux des massacres des civils survenus à travers tout le territoire de cette même Province au début de février 2007.
La Communauté Ne Kongo de Belgique rappelle également que tous les Congolais sont égaux devant la Loi et doivent être traités équitablement notamment, en ce qui concerne le dialogue politique avec le pouvoir central et le mode de résolution des conflits. Elle relève par ailleurs que des situations récentes où l'autorité de l'Etat a été également mise à mal en d'autres endroits de la RDC, notamment au Katanga, n'ont pas donné lieu à de tels déchaînements de violences de la part des forces de l'ordre tels que ceux observés à plusieurs reprises dans le Bas-Congo.
Ces nouvelles tensions interviennent sur fond d'une réelle crise socio-économique et sont également l'expression des frustrations des Ne Kongo à la suite d’un traitement discriminatoire dont ils sont l'objet dans les nominations au sein des services de l'Etat central et des organismes parastataux opérant sur leur territoire, estime la source.
Ainsi, la communauté Ne Kongo de Belgique exige l’organisation urgente d’une Table ronde sur la paix, la sécurité et le développement dans la Province du Bas-Congo et requiert, dans le soucis de la lutte contre l'impunité et du rétablissement d'une paix durable dans la Province du Bas-Congo, que les organisations de défense des droits de l'Homme ainsi que la Communauté internationale - au travers de l'Union Africaine, de l'Union européenne, de la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) et des missions diplomatiques établies à Kinshasa, mettent tout en œuvre pour protéger les populations et déterminer les causes profondes et les responsabilités dans le climat de tension qui persiste dans la province depuis les élections provinciales et sénatoriales en janvier 2007.
 
Le Signal du Continent 
Lire aussi notre EDITORIAL, le lundi.
 

Commenter cet article

ENZ 24/05/2008 23:35

Je suis congolais Du bas congo,vu la maniere dont le congo est conduit nous allons commencer a tuer nos vieux bas kongo qui refure le progret dans le bas kongo dont je cite Mr Francis Kimasi et Nginayevuvu gaston et les autre vont vite apprendre.