Confusion au Tchad autour de l'EUFOR

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

L'EUFOR sème la confusion au Tchad
 
Kinshasa - La Force européenne « EUFOR » vient d’entamer son déploiement dans l'Est du Tchad. Au sein de la population, la plus grande perplexité règne sur le rôle réel de cette force, selon les médias locaux.
Soudan-Darfour-Soldat-UA-Refugies-3juin2005-1-2.jpgPour la population, le dispositif français (Epervier), qui regroupe 1.500 hommes et qui est souvent venu en aide au Président tchadien Idriss Deby, ne doit pas être confondu avec l'EUFOR, dont la mission n'est pas de s'immiscer dans les affaires internes des pays de la région. Une différence que certains responsables africains ont de la peine à assimiler.
A l'Est du Tchad (Abéché), la scène se déroule dans une pièce bondée et étouffante. Le ministre des Affaires étrangères belge, Karel De Gucht, a eu des entretiens à ce sujet avec l'influent Sultan du Ouaddaï, Mahamat Ourada II dans son palais. «Excusez-moi, Votre Majesté, mais la mission de l'EUFOR n'implique pas son intervention aux côtés de l'armée tchadienne contre les rebelles, ou même à l'intérieur des camps de réfugiés.», a-t-il déclaré. 
La mission de l’EUFOR est incomprise au regard du nombre d'hommes armés qui créent l'insécurité à l'intérieur et à l'extérieur des camps de réfugiés venant du Darfour. L'EUFOR, répète son porte-parole, le colonel français Patrick Poulain, n'a pas pour mission de s'immiscer dans les affaires internes des pays de la région.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article