Une rencontre Kabila-Do Santos dans les prochains jours

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa



Une rencontre au sommet dans les prochains jours entre Kabila et Do Santos 

 

Un nouveau marché des dupes ?

 

Par Lady-Gisèle Mbadu

 

Kinshasa – On a vu comment les Rwandais ont boutiqué l’opération conjointe avec les Fardc, afin de pourchasser les FDLR adversaires de Kigali (évalués à près de 30.000 hommes), alors que du côté congolais, il fallait se contenter d’une seule prise, l'arrestation de Nkundabatware, encore détenu dans un palais luxueux quelque part chez ses frères tribaux à Gisenyi, alors que tous ses éléments, d'origine douteuse, entraient dans l'armée congolaise. Il n'y a visiblement que le Congo pour conclure un tel deal !

Cette fois-ci, alors que Luanda avait occupé pendant de longs mois plusieurs localités aussi bien du Bandundu que du Bas-Congo, en toute impunité et sans que les officiels congolais (certainement peureux) n’élèvent la voix, enfin une rencontre au sommet est prévue dans les tout prochains jours entre les Chefs d’Etat angolais José Edouardo Do Santos et congolais Joseph Kabila Kabange.

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Alexis Thambwe Mwamba, l’a annoncé, mardi, dans la soirée, au retour d’une visite éclair que le Premier ministre congolais Adolphe Muzito a effectuée à Luanda, en Angola, selon l’Agence congolaise de Presse (ACP) reçue mercredi.

M. Alexis Thambwe Mwamba qui était de la suite du Premier ministre avec son collègue de l’Intérieur et de la sécurité, Célestin Mbuyu Kabango, a dit qu’Adolphe Muzito était porteur d’un message du Président Kabila à son homologue angolais, relatif aux conflits frontaliers à répétition entre la RDC et l’Angola. C’est pour mettre un terme définitif à ces conflits que le Chef de l’Etat congolais a pris l’initiative de rencontrer son homologue angolais dans les jours qui viennent.

Soldats rwandais en pleine fiesta à leur retour à Kigali

L’on se rappellera qu’il y a deux ans, les forces armées angolaises avaient envahi le territoire de Kahemba, dans la province du Bandundu où elles avaient même hissé le drapeau angolais. Il a fallu l’expertise de la Belgique et du Portugal, deux anciennes métropoles de ces deux pays, pour revenir au tracé des frontières de la Conférence de Berlin. En février 2009, des policiers angolais ont fait une nouvelle incursion dans le territoire de Mbanza-Ngungu, au Bas-Congo, plus précisément dans les localités de Sava, Ina et Kuzi.

C’est la visite du Premier ministre Muzito au mois de mars dernier qui a persuadé ces hommes en uniforme de regagner leur pays. La RDC est un Etat semi enclavé qui partage 9000 km (neuf mille kilomètres) de frontières avec ses voisins, dont près de 2000 dans sa partie Ouest avec l’Angola.

Outre les ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur, les gouverneurs du Bas-Congo et du Bandundu ont également fait partie de la suite du Premier ministre Adolphe Muzito.

Mais avec la faiblesse congénitale de l’armée congolaise, on se demande sincèrement avec quel poids la RDC va peser au cours de la rencontre. En effet, depuis 1996, tous les pays avoisinants se moquent éperdument de ce pays, qui ne songe même pas à réorganiser son armée afin de commencer à sécuriser ses frontières.

Autant,  le Congo-Zaïre avait été attaqué par le Rwanda et l’Ouganda en 1996 puis en 1998, sans avoir la force pour réagir, autant l’Angola commence également à y prendre goût en occupant des villages, sans rencontrer la moindre opposition, que ce soit au niveau militaire ou politique. 

                                                                                                                                              Lady-Gisèle Mbadu 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article