Pugilat autour d'un différend frontalier entre le Katanga et le Kasaï Oriental

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

 

Pugilat généralisé pour un différend frontalier entre le Katanga et le Kasaï Oriental

 

Lubumbashi - Le conflit frontalier entre le Kasaï Oriental et le Katanga pourrait être examiné dans un bref délai, au cours d'un conseil de sécurité que va présider le ministre provincial de l'Intérieur du Katanga à Kasaï, a estimé le commissaire de district du Lwalaba, Oscar Ngulundu.

affrontements.jpg

Le commissaire de district du Katanga, dont dépend le groupement de Kalemb, a affirmé avoir informé la hiérarchie à Lubumbashi du nouvel incident survenu jeudi à la frontière entre le Kasaï Oriental et le Katanga.

En effet, une vingtaine de femmes du village Mwandj (Katanga), parties se procurer de l'eau dans une rivière, ont croisé leurs voisines du village Mbangam du Kasaï, venues pour la même mission. Une dispute a éclaté entre les deux groupes. Les femmes du Kasaï Oriental ont alors bénéficié de l’appui de quelques hommes dont l'un a même tiré un coup de feu, causant la panique dans les rangs des femmes de Mwandj qui ont fui en abandonnant tous leurs effets.

Alertés, les hommes de Mwandj sont venus à la rescousse et ont réussi à maîtriser deux hommes de Mbangam et à les amener au poste de police de Kalemb, chef-lieu de leur groupement, où ils sont en garde à vue.

L'administrateur du territoire et le commandant de la police de Wikong se sont rendus sur place, samedi, afin de s'enquérir de la situation et tenter une médiation dans ce conflit qui dure depuis plusieurs années. Ces populations voisines se disputent souvent des terres arables.

 

Le Premier ministre Muzito s’époumone pour la « tolérance zéro »

 

Kinshasa Le Premier ministre Adolphe Muzito a exigé des responsables des services de sécurité et de la magistrature que désormais, la tolérance zéro se matérialise par des actions, et non par des slogans. M. Muzito, qui transmettait vendredi soir aux Chefs des différents services de sécurité civile et militaire ainsi qu’au procureur général de la République et au premier président de la Cour suprême de Justice les instructions du président Joseph Kabila relatives à l’application « sans faille » de l’opération « tolérance zéro », a souligné que personne ne doit s’y soustraire, « quel que soit son rang ou son statut », pointant du doigt ce qu’il a appelé « les kuluna en cravate » (entendez : les personnes haut placées qui trafiquent le verdict des procès à coup de grosses sommes d’argent).

Le Président de la République tient à ce que « la cour soit balayée totalement », a insisté le Premier ministre, qui estime sûrement que cette cour est entièrement polluée de voleurs et de personnes qui s’évertuent à piocher dans les caisses publiques.

C’est en 2009 que le Président Kabila avait lancé l’opération Tolérance zéro, pour combattre les antivaleurs telles que la corruption, le détournement des deniers publics, le trafic d’influence, la fraude fiscale ou l’impunité qui tendent à s’ériger en système en RDC, hypothéquant ainsi le développement du pays. Mais depuis, personne n’a jamais été inquiété, certaines personnalités convaincues de détournements de deniers publics s’étant même vues accorder des promotions importantes après avoir été confondues dans leurs méfaits. C’est notamment le cas de ce politicien bien connu qui avait détourné les recettes en devises de la SNEL .

franc-cogolais.jpg

Ainsi, depuis son lancement en 2009, les différents responsables des services en charge de l’application de cette opération salutaire semblent traîner le pied, en dépit du coup de balai opéré, par deux fois, par le Chef de l’Etat lui-même, à travers la révocation hautement contestée de plusieurs magistrats que dans de membres de services étatiques générateurs de recettes. Le Président Joseph Kabila se dit désormais déterminé à « nettoyer complètement » la cour, après avoir sûrement été tolérant, et donc complice, mais il n’y a que les naïfs pour croire un seul instant que désormais des proches du pouvoir – qui sont catalogués parmi les plus grands pilleurs de la république et la plupart nommément cités dans plusieurs rapports soient un jour inquiétés.

Les magistrats, dont le rôle est de traquer les auteurs d’infractions, sont d’ailleurs nommés par les mêmes pilleurs, qu’ils sont sensés déférer devant les tribunaux. L’indépendance de la magistrature étant, dans ces conditions, visiblement inexistante en RDC, seuls les menus fretins sans parapluie étant les plus vulnérables.

 

PPRD : De nouveaux adhérents accourent

 

Kinshasa - Le secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) Evariste Boshab, a reçu samedi au siége de son parti dans la commune de la Gombe de nouvelles adhésions. Mme Media, opératrice économique dans le secteur des chambres froides et toute sa base ont reçu du secrétaire général du PPRD les insignes du parti, l’effigie de l’initiateur du PPRD ainsi que les textes réglementaires en signe de leur adhésion au parti. Il en est de même de Mme Marie Madeleine Mwiko Lukusa, ancien membre du bureau politique du PPRD, qui avait quitté le parti en 2006, a effectué son retour au sein de ce parti convaincue, a-t-elle déclaré, du leadership fédérateur actuel du PPRD, selon une dépêche de l’Agence congolaise de presse.

bois.jpg

 Quelques députés honoraires de l’ACL/PT, en rupture de salaires, ainsi que d’autres cadres qui, pendant les dernières élections avaient milité dans d’autres partis, ont également adhéré au PPRD lors de la cérémonie organisée devant une foule nombreuse.

Ainsi qu’on peut le constater, dans ce pays où la population est confinée dans une misère sans nom et où la politique reste le moyen le plus facile d’enrichissement, il est normal que les gens accourent vers le parti au pouvoir pour tenter de glaner quelques miettes financières, surtout avec l’annonce des élections. En effet, lorsque les fonds du parti sont intimement liés et confondus avec les deniers publics, quoi de plus normal que chacun puisse vouloir prendre sa part ?

Des réjouissances populaires sur fond du folklore congolais ont agrémenté cette cérémonie cocasse d’adhésions, qui augure des élections à sens unique telle que la RDC les a vécues aux niveaux tant national que provincial où le PPRD avait tout raflé, sans exception. Parti unique ?

 

Près de quatre cents cas de malaria enregistrés à Dongo

 

Dongo - Près de quatre cents cas de malaria ont été enregistrés sur une moyenne de six cents consultations par mois, à Dongo, dans la province de l'Equateur, a-t-on appris lundi de source hospitalière sur place. D'après l'infirmier en chef du dispensaire de référence, Patrick Ngazipwe, cette situation est consécutive à l'insalubrité qui s'est installée depuis la fuite des habitants de cette cité.

"Un assainissement s'impose pour rendre le milieu viable et réduire sensiblement l'impact de la malaria dans ce coin", a affirmé l'infirmier en chef de l'hôpital de Dongo qui a également évoqué des difficultés de prise en charge des malades. Pour lui, sa structure médicale manque de matériels adéquats et de médicaments nécessaires pour soigner les malades.

Le transfert des malades vers d'autres centres pour des cas graves et urgents s'avère impossible. Ce qui pousse les populations à se rendre carrément à Brazzaville pour des soins de qualité, a-t-il expliqué avant d'ajouter :"Ici, on traite les gens gratuitement. Et pour avoir un bon lot de médicaments, il faut avoir de l'argent pour les acheter ailleurs. C'est ce qui fait que la quantité de médicaments soit insuffisante. On se contente seulement de ce qu'on nous donne."

L'équipe médicale a déploré aussi le nombre croissant d'infections sexuellement transmissibles chez les jeunes. A cela, il faut ajouter des infections respiratoires chez un grand nombre d'enfants.

 

Vive tension à Butembo après l’assassinat d’un motard

 

Butembo - Des hommes armés non autrement identifiés ont tué un motard, vendredi vers 21 heures, au quartier Vusenzera dans la commune de Kimemi, a-t-on appris. Une vive tension a régné dans cette partie de la ville où les motards ont observé une journée de grève pour protester contre le meurtre de l'un des leurs. Il n'y a pas eu de taxi-moto samedi matin, les gens ont été contraints à la marche à pied.

Les activités ont été paralysées au quartier Vusenzera, dans la commune de Kimemi. Boutiques, restaurants et cafés sont restés fermés. Les motards mêlés aux jeunes du quartier ont brûlé des pneus dans des avenues et certains ont érigé des barricades. La circulation a été perturbée, en dépit des appels au calme lancés par le bourgmestre de Kimemi à travers les radios locales. Dans les autres communes de la ville, la population a vaqué normalement à ses occupations.

La société civile a condamné ce meurtre, précisant qu'il s'agit du quatrième cas connu depuis le début du mois de juillet. Elle a indiqué qu'au cours de la nuit dernière, des bandits armés ont fait irruption dans trois habitations dans ce même quartier de Vusenzera. Ils ont brutalisé les occupants et emporté un colis d'or d'une valeur estimée à 3 200 dollars, des portables et une somme de 300 dollars.

La société civile rappelle que la population de Butembo vit dans la peur et se sent  abandonnée à son triste sort. Aucune enquête menée par les autorités locales n'a abouti. Les auteurs des crimes continuent à courir, conclut-elle.

 

Atelier de planification stratégique de la COMICO

 

 

Kinshasa - Le comité directeur de la Communauté islamique du Congo (COMICO) organise bientôt, à son siége, dans la commune de Lingwala à Kinshasa, un atelier de planification stratégique de la comité de la COMICO d’ici en l’an 2011, indique sa note d’information parvenue vendredi à l’ACP.

Selon la source, l’objectif des assises consiste essentiellement à valider le plan de développement de l’organisation basée en République Démocratique du Congo. Les participants à ces travaux devront doter toutes les structures de cette communauté d’un plan amendé et validé allant de 3 à 10 ans, a précisé le document. Ils vont, au préalable, suivre les notions théoriques sur la planification et ensuite faire un état des lieux du fonctionnement de la COMICO.

 

Un homme tue son épouse à coup de machette à Lingwala

 

Kinshasa - Un homme non autrement identifié a tué son épouse à coup de machette et de marteau, a appris l’ACP d’une source familiale. L’événement s’est déroulé dans la résidence familiale située au quartier Pakadjuma, dans la commune de Lingwala.

Selon la source, l’incivique qui a agit sous l’effet de la colère pendant une passionnante querelle ménagère, protestait contre une dette remboursable avec intérêts, appelée « banque Lambert », que sa femme a contractée auprès de tierces personnes. Après avoir commis son forfait, il a pris le large vers une destination inconnue.

 

Un enfant de 5 ans meurt électrocuté à Kasa-Vubu

 

Kinshasa - Un enfant de 5 ans non autrement identifié, habitant le quartier Katanga dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa, est mort électrocuté collé contre un câble dénudé de la Société nationale d’électricité « SNEL », a rapporté vendredi un habitant de ce quartier.

L’enfant qui suivait sa mère allant passer une commande de pain, dans une boulangerie de la place, a marché sur ce câble longeant la rue de leur habitation. Il est mort sur le coup pendant que sa mère observait de loin l’événement sans se rendre compte que la victime était son propre fils. Le corps de l’enfant a été acheminé dans un centre hospitalier où le décès a été confirmé.

 

La population de Boma tue un chauffeur de taxi qui a tué un de ses collègues

 

Boma - Un chauffeur de taxi nommé Talu Tsimba qui desservait la ligne Boma-Lukula, dans le Bas-Congo, a été tué à coups de couteau dans la nuit de jeudi à vendredi dernier à la hauteur de la paroisse Bon Pasteur à Boma, par un certain Richard Mbikila Ngumbi, également chauffeur de profession résidant à Lukula dans le territoire du même nom, district du Bas-Fleuve, a-t-on appris vendredi de source policière.

Talu Tsimba qui revenait de Lukula, a été sollicité par Mbikila Ngumbi pour une course au centre-ville de Boma. Une fois installé à bord de la voiture sur le siège arrière, Mbikila Ngumbi a profité de la concentration de son collègue au volant de son véhicule pour lui porter un coup de couteau à la nuque. Malgré cette blessure mortelle, Talu Tsimba a réussi à maîtriser son meurtrier, avant d’appeler au secours. Alertée par les cris, la population est accourue au secours de l’infortuné, tuant sur le coup l’agresseur, avant de transporter Talu Tsimba à l’Hôpital général de référence de Boma, où il a succombé de ses blessures. Les deux corps sont actuellement gardés à la morgue de cet hôpital d’Etat. Une enquête a été ouverte pour établir les faits.

 

La population du Bas-Congo appelée à bénéficier des ressources pétrolières

SDC11018 

Matadi - M. Léonard Nsimba Nzungila, président de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, a déclaré à l’ouverture de la session de juillet que les institutions du Bas-Congo, en particulier l’Exécutif provincial, sont appelées à user de leurs prérogatives pour faire bénéficier à la population locale les dividendes résultant de l’exploitation pétrolière en cours dans les territoires de Muanda, sur la côte Atlantique, et de Lukula dans le Bas-Fleuve.

 

 Dans son discours d’ouverture de la session de juillet de l’Assemblée provinciale, le président Léonard Nsimba a déclaré que les ressources issues de cette exploitation doivent dorénavant aider à l’édification d’une économie provinciale solide et intégrée, capable de procurer à la population le bien-être auquel elle aspire, notamment en termes d’amélioration de son environnement.

Evoquant à cet égard la participation, au mois de mai dernier à Abuja au Nigeria, de la vice-présidente de l’Assemblée provinciale, Josiane Mfulu Masaka, à la conférence internationale placée sous le thème « Fournir du carburant au monde, c’est mettre la région en péril », il a déploré le comportement des exploitants pétroliers qui se livrent au Bas-Congo à « un pillage discret et planifié », sans rétrocéder aux communautés locales les ressources nécessaires pouvant les aider à faire face à de graves implications sécuritaires et environnementales (pollution) qu’entraîne l’exploitation pétrolière.

L’opinion au Bas-Congo fait observer que l’exploitation du pétrole de Muanda et de Lukula ne bénéficie pas encore à la province, laquelle reste jusque là l’unique entité du pays détentrice d’un gisement de pétrole en exploitation.

 

196 immigrés clandestins arrêtés au Bas-Congo en 2010

 

Matadi - Les services de la Direction générale des migrations (DGM) du Bas-Congo ont arrêté, au cours du premier semestre de l’année 2010, 196 immigrés clandestins aux différents postes frontaliers de la RDC avec les pays voisins, a déclaré vendredi à l’ACP le directeur provincial de ce service, Albert Semane.

Selon ce fonctionnaire de service de l’intelligence, ces candidats à l’immigration clandestine, pour la plupart en provenance des pays de l’Afrique de l’Ouest, étaient appréhendés pendant qu’ils tentaient d’émigrer vers l’Angola, pays voisin de la RDC, dont les provinces font frontière avec le Bas-Congo. Le gros des effectifs de ces immigrés clandestins a été arrêté aux frontières avec les provinces Cabinda et Do Zaïre.

Après leur arrestation, les clandestins étaient régulièrement et systématiquement rapatriés dans leurs pays d’origine respectifs à partir de Kinshasa. Les candidats à l’immigration clandestine sont aidés à partir de leurs pays d’origine par un réseau international qui les font passer d’un pays à l’autre jusqu’à destination, moyennant de fortes sommes d’argent, dit-on. Depuis un certain temps, observe l’opinion, le Bas-Congo est devenue l’objet de beaucoup de sollicitations de la part de ces réseaux maffieux, à cause notamment de la porosité de ses frontières.

 

Inauguration à Boma du marché Kalamu réhabilité

 

Boma Le vice gouverneur du Bas-Congo, Deo Nkusu Kunzi Bikawa, a procédé en fin de semaine à l’inauguration du marché Kalamu à Boma, en présence des députés provinciaux de la circonscription électorale de cette ville. Ce marché, projet du député national Abdoul Ngoma Kosi, réhabilité tout récemment grâce à un financement du gouvernement provincial de l’ordre de 14.000 dollars américains, a une capacité de150 étalages.

Le député Abdoul Ngoma Kosi s’est, en tant qu’initiateur du projet, félicité du fait que ce marché, dont les travaux de réhabilitation ont duré quatre ans, contribuera à soulager tant soit peu les «mamans vendeuses», en attendant la construction du grand marché Socol, toujours sur financement du gouvernement provincial.

 

Le médecin-chef de zone de santé de Bosobe indésirable dans le secteur de Mbantin

 

Kinshasa - Le médecin-chef de zone de santé de Bosobe dans le territoire de Kutu, district de Maï-Ndombe au Bandundu, le Dr Alain Ikaa a été déclaré indésirable dans la localité de Semondane, dans le secteur de Mbantin, pour avoir ordonné la fermeture de cinq formations médicales non agréées de cette localité pour non viabilité, ont affirmé vendredi à l’ACP des voyageurs en provenance de cette localité.

Selon la même source, le Dr Ikaa, en tournée d’inspection dans le secteur de Mbantin, a été scandalisé à Semondane par la manière, dont les opérations chirurgicales s’effectuaient en plein air, au mépris des normes en la matière, lesquelles opérations se soldaient en grande majorité par mort d’hommes. La décision portant fermeture de certains centres non viables, a souligné la source, a été saluée par la population car, fait-on remarquer, elle éviterait de pertes en vies humaines. Ayant mal digéré cette décision, les propriétaires de formations médicales incriminées ont initié une chasse à l’homme jusqu’à l’obliger à quitter Semondane, ont conclu les sources concordantes.

 

200 mois impayé, le personnel des LAC interdit à son ADG l'accès au bureau

 

Kinshasa - Les agents de la compagnie nationale de transports aériens « LAC » ont décidé d'interdire l'accès au bureau de leur Administrateur-délégué général qu'ils accusent de "détournement de fonds", a-t-on appris samedi des milieux de cette entreprise d'Etat.

 

antonov.jpg

 

 Selon les agents, qui sont impayés depuis deux cents mois, leur ADG aurait retiré auprès d'une banque locale, à la veille des festivités du cinquantenaire, six cent mille (600.000) dollars US pour payer le personnel, mais ces derniers affirment n'avoir rien perçu jusqu'à ce jour, d'où leur décision de lui refuser l'accès aux installations de l'entreprise.

Le personnel reproche également à la direction générale de leur entreprise son indifférence vis-à-vis des agents faisant allusion à 24 de leurs collègues décédés et dont les frais funéraires n'étaient pas pris en charge par l'employeur.

 

 

Sports

 

La RDC ramène 5 médailles de Rabat

 

Kinshasa - La  République démocratique du Congo (RDC) a ramené 5 médailles dont une en or, 3 en argent et une en bronze à l’issue des 1ers jeux africains de la jeunesse tenus à Rabat, au Maroc du 13 au 20 juillet, a appris samedi l'APA au siège du Comité olympique congolais (COC), à Kinshasa.

Me Kenzo Mukendi, trésorier général adjoint du COC et secrétaire général de la Fédération congolaise de Taekwendo, s'est dit satisfait des résultats réalisés par les léopards en dépit de manque de préparation adéquate.

Il a qualifié ces derniers de vaillants ambassadeurs du pays pour avoir donné le meilleur d'eux-mêmes lors de ces jeux. " Les 1ers jeux africains de Rabat ont été un grand succès pour la RDC. Désormais, il faut compter sur les équipes d'âge. Par ce résultat, la RDC est bien partie pour préparer l'avenir de notre sport pour les jeux olympiques de la jeunesse prévus à Singapour dans 3 semaines ", a-t-il dit. 

Conduite par la 2ème vice-présidente du COC, Mado Ekene wa Maluka, la délégation congolaise qui est rentrée le week-end, a pris part à 9 disciplines à savoir : le judo, le taekwondo, la boxe, l'escrime, le tennis de table, le lawn tennis, le handball, le volleyball et la lutte.

 

Coupe du Congo de football : Dcmp, Bukavu Dawa, Ndoki a Ndombe et Dragons qualifiés

 

Kinshasa - Les équipes de Daring club Motema Pembe (DCMP), de l'Oc Bukavu Dawa, de Ndoki a Ndombe et de l'As Dragons se sont qualifiées au tour final de la 46ème édition de la Coupe du Congo de football après la 3ème et dernière journée des matches de la phase qualificative joués du 18 au 25 juillet.

Dans le groupe A à Mbandaka, la formation de Ndoki a Ndombe de la province du Bas-Congo a terminé en tête avec 5 points (+3) suivi de l'As Dragons de Kinshasa ex aequo avec 5 points (+1).

Dans le groupe B à Mbuji-Mayi, le Dcmp est sorti tête haute avec le maximum des points pour 3 sorties (9 pôints). A Kisangani, l'Oc Bukavu Dawa a pris la 1ère place avec 4 points.

 

Commenter cet article