La saga Ne Muanda Nsemi : "Qui sont régionalistes, xénophobes et responsables des dégâts collatéraux"

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Pénurie d'eau à Luozi
Pénurie d'eau à Luozi

Auguy Belila Nge a écrit depuis de Paris, le 28/08/2015 à 10:01 :

Je ne croyais pas que la plaie était si profonde, nous sommes dans une république unie. Nous devons faire attention, si leurs plaintes sont fondées, je les exhorte de continuer à mettre la pression sur les gouvernants. Mais nous devons savoir que tout Congolais peut travailler n'importe où au Congo et occuper le poste qui lui convient. Entre autre, tout Congolais devrait se sentir partout chez lui. J'espère que les gouvernants doivent apporter des solutions rapides à ce problème très délicat pour tout un peuple. Les Bakongo doivent participer à l'édification de ce pays en perdition. Les BAKONGO SONT DES CONGOLAIS COMME LES AUTRES, ils doivent avoir aussi leur part des profits, comme des devoirs et se sentir en sécurité sur la totalité de la superficie de la République démocratique du Congo. Nous devons faire attention aux vieux démons de l'après l'indépendance, nous avons d'autres challenges à relever. Ne nous trompons pas d'adversaires. Soyons Congolais un point c'est tout. Si nous repartons quelques années en arrière, ce problème ne se posait pas. Restons vigilants, vous ne trouvez pas qu'on veut diviser les Congolais en procédant ainsi. Vous serez accusés de régionalisme, de xénophobie et deviendrez responsables des dégâts collatéraux. Prenez le temps d'analyser calmement la situation des Bakongo dans la République démocratique du Congo et cherchez les intrus et mettez les dehors.

Un Kongo a répondu :

Mon cher Auguy, les griefs des Bakongo sont vérifiables sur le terrain. L'erreur des Katangais et des gars du Kivu est de croire que "c'est leur république". Une erreur grave ! Au Katanga, les cadres sont tous Katangais. Et Kyungu wa Kumwanza y veille comme Au Bas-Congo, partout où ça sent l'argent, c'est soit un gars du Kivu, soit un Katangais, soit alors (dans une moindre mesure) un de leurs alliés du Palu. Pire, il y a une délégation congolaise qui s'est pointée à Bruxelles pour un forum au Palais d’Egmont il y a moins d’une année, sur 18 membres, 16 étaient de l'est. Allez-y comprendre quelque chose. Les Bakongo ont raison d'exprimer leur frustration. Et le mot "ségrégation " n'est pas trop fort. A Kinshasa, le même phénomène est visible. Il ne faut même pas parler de l'ambassade du Congo à Bruxelles, où le swahili est pratiquement la langue officielle. Cherchez là-dedans les « régionalistes, les xénophobes et les vrais responsables des dégâts collatéraux ». Quelqu'un avait écrit : "L'unique leçon que l'homme retient de l'Histoire, c'est qu'il ne retient aucune leçon du tout".

Ne Muanda Nsemi dans ses oeuvres

Ne Muanda Nsemi dans ses oeuvres

Commenter cet article